Cameroun - Mise au point: Aminatou Ahidjo désavoue Me Alice Kom pour avoir plaidé pour sa mère, Germaine Ahidjo, auprès de Chantal Biya

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 16-Sep-2020 - 17h27   17358                      
116
Aminatou Ahidjo Archives
Elle a réagi ce mercredi 16 septembre 2020, et indique que l'initiative de la célèbre avocate n'a pas eu l'approbation de sa mère.

Il y a quelques jours, Me Alice Kom, a adressé une lettre ouverte à la première dame du Cameroun, Chantal Biya, dans laquelle elle plaidait pour l'ex première dame, Germaine Ahidjo, basée au Sénégal, et dont l'état de santé serait préoccupant. Elle a demandé notamment que soient payées à l'épouse de l'ancien président Ahmadou Ahidjo, des indemnités dues à son statut d'ancienne première dame.

Une sortie qui n'a pas rencontré l'assentiment de Aminatou Ahidjo, la fille cadette de Germaine Ahidjo, qui vient de désavouer Me Alice Kom dans son initiative. La présidente du conseil d'administration du Palais des Congrès de Yaoundé a commis une mise au point à ce sujet ce mercredi 16 septembre 2020. 

Même si elle juge "louable" l'action de l'avocate, Aminatou indique qu'elle : "n'engage que son auteur et n'a jamais l'approbation de notre maman". Une réaction qui tend à démentir la précarité dans laquelle vivrait sa mère depuis que les vivres lui ont été coupées par Yaoundé. 

A propos de sa santé déliquescente, Aminatou Ahidjo fait savoir que sa mère croule sous le poids de l'âge et qu'elle vit un phénomène physiologique normal. Elle laisse par ailleurs entendre qu'il n'y a pas besoin d'intercéder pour Germaine Ahidjo qui bénéficie encore des hospices de sa famille et de ses proches.

Me Alice Kom écrivait en substance dans sa lettre à Chantal Biya et relayée au sein de la presse que  : "je te supplie ma fille de contribuer hâtivement à aider ta maman Germaine à se décharger de cette colère de n'avoir pas perçu ce qui lui revient depuis très longtemps, et d'être celle par qui elle pourra renouer avec quelques instants de bonheur avant qu'elle ne rejoigne son époux dans l'au-delà".

Mise au point de Aminatou Ahidjo (c) CIN
Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique