Cameroun - Problèmes des factures de la Camerounaise Des Eaux: Voici les explications de Félix Zogo Manga, le Directeur régional pour le Centre

Par Josiane Rose NDANGUE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 05-Oct-2017 - 13h53   5679                      
3
Approvisionnement en eau potable Archives
Pour ce qui est de la surfacturation, Félix Zogo Manga explique cela par une erreur de relève. Et pour ce qui est de la sous-facturation, il parle entre autres des manipulations du compteur faites par les clients.

Au Cameroun les clients de la Camerounaise Des Eaux (CDE) se plaignent des factures qui ne correspondent pas, d’après eux à leur consommation mensuelle. Des quittances surfacturées, c’est ce qu’ils décrient la plupart du temps. Approché par le quotidien Mutations pour avoir les explications de l’entreprise sur ces plaintes, Félix Zogo Manga le Directeur régional pour le Centre, pointe du doigt la clientèle elle-même et le travail des releveurs qui peut contenir des erreurs.

«Pour ce qui est de la sous-facturation, nous observons souvent trois phénomènes. Le premier est la fraude. Par des subterfuges, des clients essaient de manipuler le compteur pour minimiser leur consommation. Le deuxième est le vieillissement ou la détérioration du compteur. Plus il vieillit, moins il est fidèle. Après 10 ans il faut le remplacer. Le troisième élément est l’erreur de relève ou l’erreur dans le traitement. Parce que le releveur ramène les indexes qu’il faut traiter, saisir et corriger. Il peut sur cette chaine de traitement se glisser une erreur», déclare-t-il dans l’édition du 5 octobre 2017 de Mutations.

En insistant sur le fait que le releveur est un être humain et peut donc faire des erreurs, Félix Zogo Manga qui parle des problèmes de surfacturation, explique qu’il y a deux phénomènes qui entrent en jeu dans ce cas. «Le premier est assez régulier, c’est l’erreur de relève que nous déplorons malheureusement ou bien l’erreur dans le traitement de la relève. Et les deux sont constructives de faute. Cependant nous donnons des marges de tolérance à chacun de ces opérateurs. Outre les erreurs de relève et de traitement, il peut également se trouver ce que nous appelons des erreurs techniques, c’est-à-dire l’inaccessibilité du compteur. En ce moment un logiciel dans la machine calcule automatiquement et impute une consommation basée sur les consommations antérieures du client», ajoute-t-il.

Aussi Félix Zogo Manga indique que pour remédier aux problèmes décriés, il y a cinq niveaux de contrôle de relève qui procèdent par échantillonnage. Il affirme qu’il y a toute une division de l’observatoire de clients qui mensuellement collecte tout ce qu’il y a comme requêtes. Toutefois il recommande à la clientèle plaignante de toujours se rapprocher des agences de la CDE.  

 

 

Auteur:
Josiane Rose NDANGUE
 @ljndangueCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique