Cameroun - Produits Alimentaires de Première Nécessité: Le Cameroun n’arrive pas à satisfaire la demande locale, il se nourrit d’importations

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 30-Nov-2019 - 04h28   3134                      
3
L'Afrique dépense plus de sept milliards de dollars par an pour ses importations de riz AFP/Archives/ISSOUF SANOGO
Ce sujet préoccupe le Cameroon Investment Forum qui réunit à Douala depuis le 27 novembre dernier, certains membres du gouvernement, les experts et les investisseurs locaux et étrangers.

La troisième édition du Cameroon Investment Forum (CIF) s’achève à Douala ce 29 novembre 2019. Cette édition a réuni certains membres du gouvernement, les experts et les investisseurs locaux et étrangers, pour réfléchir sur la production locale des produits alimentaires de première nécessité, depuis le 27 novembre. Le Cameroun, ne réussit pas à satisfaire sa population par sa propre production locale. «Le pays est plongé dans des importations massives pour combler ce déficit».

Dans son édition en kiosque ce 29 novembre, le journal Mutations revient sur les statistiques de 2018. Celles-ci démontrent que lesdites importations ont créé une dépense estimée à un peu plus de 710 milliards de FCFA, soit 20, 6% de la dépense totale.

Pour Marthe Angeline Minja, la directrice générale de l’Agence de Promotion des Investissements (API), reprise dans les colonnes du quotidien, «la facture de ces importations, précisément celle des produits de grande consommation (riz, poisson, froment), a été multipliée par trois au cours de la période 2007-2017, représentant en moyenne, plus du tiers du déficit commercial et 4% du produit intérieur brut (PIB) depuis 2013, ainsi qu’un manque à gagner d’environ 443 milliards de FCFA».

Le ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement  Technologique, affirme que: «l’une des conséquences majeures des importations massives, est la saignée considérable et progressive des devises». Dans l’optique de trouver une solution à ce problème, la troisième édition du CIF organisée par l’API a choisi pour thème: «l’industrialisation à travers l’import-substitution».

Comme solution, «le CIF ambitionne, entre autres d’enregistrer des intentions d’investissements domestiques et étrangers dans le domaine de l’import-substitution, de conclure des accords de financement entre les porteurs et les promoteurs de projets d’investissements dans les filières ciblées, d’impliquer les opérateurs économiques locaux».

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique