Cameroun - Tribunal militaire: Le procès des sept militaires accusés d’avoir exécuté deux femmes et leurs enfants renvoyé au 27 août 2019 en raison de l’indisponibilité de la salle

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 20-Aug-2019 - 11h23   6157                      
13
Les militaires mis en cause capture d'écran
La salle d’audience était occupée par le procès des leaders séparatistes.

L’ouverture du procès des sept militaires accusés d’avoir tué deux femmes et leurs enfants dans la région de l’Extrême-Nord, devait avoir lieu le lundi 19 août 2019 au Tribunal Militaire de Yaoundé.

Les accusés ne se sont pas présentés au tribunal et cette première audience a été reportée au 27 août 2019, en raison de l’indisponibilité de la salle d’audience, occupée par le procès des leaders séparatistes, Sisiku Ayuk Tabe et compagnons.

En avril 2018, une vidéo montrant deux hommes habillés en uniforme de l’armée camerounaise, exécuter sommairement deux femmes et deux enfants, avait choqué l’opinion nationale et internationale.

Après avoir, dans un premier temps, nié et crié à la manipulation, le gouvernement avait dû, sous la pression, reconnaitre que l’acte effroyable avait été commis par des militaires.

Sept soldats avaient été ainsi mis aux arrêts. Il s’agit du capitaine Etienne Fabassou, le sergent Cyriaque Bityala, les caporaux Didier Jeannot Godwe Mana et Jonathan Manasse Djakobei, les soldats de première classe Jean Baptiste Tchanga Chiengang, Barnabas Donssou Gorvo et Ghislain Landry Ntieche Fewou.

Détenus à la prison militaire de Yaoundé, ils ont été inculpés avec M. Viche, chef du village Zevelet, la localité dans laquelle le drame s’était produit. Ils sont poursuivis pour des faits présumés de meurtre en coaction et complicité, violation de consignes et conspiration de meurtre.

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique