Cameroun: Un patrouilleur de surveillance de la marine espagnole à Douala pour une mission de sécurisation du Golfe de Guinée

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-Apr-2018 - 14h25   2672                      
2
Patrouilleur de surveillance de la marine espagnole «Infanta Elena» Archives
A cette occasion, marins camerounais et espagnols effectueront des exercices de sécurisation, des plongées en mer mais également des travaux en salle, la surveillance maritime et la lutte contre divers trafics.

C’est le vendredi 13 Avril 2018 que les autorités de la ville de Douala ont accueillis le patrouilleur de surveillance de la marine espagnole «Infanta Elena». Présent à cette cérémonie, l’ambassadeur d’Espagne au Cameroun, Jorge de Orveta Pemartin, a indiqué que le premier pays à avoir lutté contre la piraterie, au 16e siècle, est l’Espagne.

Pour lui, la sécurité au niveau du golfe de Guinée est très importante pour l’Espagne en particulier et l’Europe en général. «Le Cameroun occupe une place stratégique en Afrique et dans le trafic mondial. La sécurité du golfe de Guinée est essentielle pour l’Europe et pas seulement pour le Cameroun. Il est donc question que le trafic d’armes, de drogues, d’hommes, soient contrôlés. L’Espagne considère comme essentielle la coopération avec le Cameroun», a indiqué le diplomate.

Cette quatrième présence d'un navire de guerre espagnol en l'espace de sept ans au Cameroun participe du renforcement de la coopération militaire entre les deux pays. Long de 88 mètres, d'un tirant d'eau de 4,5 m et d'un équipage d'une centaine de personnes, ce navire qui est doté de radar, de missiles, de mitrailleuses et d'un système de communication sophistiqué a déjà mené plusieurs missions de reconnaissances dans plusieurs pays à travers le monde.

Pour le capitaine de corvette Alvaro Zaragoza Ruiz, commandant du patrouilleur, sa mission est de sécuriser les eaux du golfe de Guinée.

Avec une augmentation de près de 76% des attaques armées contre des bateaux entre 2015 et 2016, le golfe De Guinée reste l’épicentre de la piraterie mondiale, selon un rapport publié mardi par la fondation One Earth Future, une ONG qui promeut de nouvelles méthodes de gouvernance internationale, à travers son projet Ocean Beyond Piracy dont la vocation est d’encourager la coopération internationale pour réduire la piraterie.

Le rapport dénombre 95 incidents liés à la piraterie dans le golfe de Guinée en 2016, contre 54 en 2015. Cette recrudescence des attaques s’accompagne d’un changement de mode opératoire: les pirates privilégient désormais les enlèvements des membres d’équipage pour rançon, une technique plus simple, moins risquée et moins coûteuse que les détournements de cargos.

Ainsi, apprend-on, entre 2015 et 2016, la région n’a connu que deux détournements, contre une augmentation de 30% des prises d’otages. Le nombre de marins ayant connu une attaque est quant à lui passé de 1 225 en 2015 à 1 921 en 2016. Parmi les 144 personnes prises en otage en 2016, 44 n’ont pas encore été libérées.

Auteur:
Otric NGON
 contact@cameroon-info.net
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique