Cameroun/France - Rupture: Calibri Calibro accuse Franklin Nyamsi de chercher à supplanter Maurice Kamto

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 05-Jun-2020 - 15h54   12144                      
30
Franklin Nyamsi CIN Screen Capture
L’enseignant de l’université de Rouen, en France, répond que ceux qui l’indexent ont été achetés par un ministre de Paul Biya dans le but de «casser le constat de la vacance de pouvoir» au Cameroun.

La Résistance désormais divisée en deux camps en Europe. Le désaccord entre ces supporters de l’opposant camerounais Maurice Kamto a pris des proportions au point où les uns et les autres s’accusent de trahison et se donnent des noms d’oiseaux en public. Le direct Facebook de Calibri Calibro, le «commandant en chef» de la Brigade antisardinards, le 1er Juin 2020 a été l’occasion pour beaucoup d’en savoir plus sur l’histoire du gouvernement de transition. Ce projet est à l’origine de la discorde dans les rangs d’une partie des opposants camerounais installés en Europe.

Calibri Calibro y raconte que sa camarade de lutte surnommée «Big Mami» et le professeur Nyamsi avaient émis, avant la grande marche du 18 Mai 2019, l’idée de la création d’un gouvernement de transition de la diaspora dans le cas où Kamto ne sortirait pas de prison. Celui-ci, rapporte Calibri Calibro, serait l’interlocuteur de la communauté internationale. Le chef de la Brigade anti sardinards explique qu’il s’est opposé à cette idée au motif que seul Maurice Kamto, «choisi par le peuple camerounais», pourrait diriger un gouvernement. Il  affirme avoir tenu à Big Mami les propos suivants: «Mandela a passé 27 ans en prison et l’ANC ne lui a jamais tourné le dos. Comment pouvez-vous imaginer un seul instant que vous allez tourner le dos à Maurice Kamto ? Il est en prison et même en prison c’est lui qui peut nommer son gouvernement».

Calibri Calibro poursuit: «Il y avait deux personnes à la tête de ce gouvernement de transition: le professeur Franklin Nyamsi - Je n’ai jamais prononcé son nom- était le président de ce gouvernement de transition. Le vice-président était le professeur Foumenyon (Dr Christopher Fomunyoh ?) aux Etats-Unis».

Calibri ajoute que le poste de consul du Cameroun à Marseille lui avait été proposé sans qu’il l’accepte. Il s’en prend à l’autre activiste pro-Kamto Martin Tajo qu’il accuse de s’attaquer à lui.

Calibri Calibro déclare que Franklin Nyamsi voulait profiter de la privation de liberté, dont Maurice Kamto était victime, pour s’affirmer comme leader des Camerounais de la diaspora. «Le professeur Franklin Nyamsi s’était dit que Maurice Kamto n’allait jamais sortir de prison et que le moment était venu pour lui de se positionner dans la diaspora comme étant le seul et unique interlocuteur camerounais vis-à-vis des institutions. C’est ça la vérité. Ce gouvernement de transition allait être adoubé aux Nations Unies, à Genève.  Pas à Francfort comme certains le pensaient», dit l’activiste.

Il ajoute que tout le monde savait qu’un gouvernement de transition était en projet. Il met en garde Maurice Kamto. «Franklin Nyamsi va détruire la diaspora et va vous détruire vous-même. Ce monsieur a voulu prendre votre place. Je le dis et je sais de quoi je parle», fait-il savoir, ajoutant que Franklin Nyamsi lui en veut «énormément».  

Ce dernier a répondu à Calibri Calibro le 2 Juin 2020. Toujours lors d’un direct Facebook. Franklin Nyamsi présente Calibri Calibro et les autres activistes que sont Rémy Ngono, Max Senior Ivoire, Brice Nitcheu comme des «calomniateurs corrompus par les clans en débandade du régime Biya». Il accuse un ministre de Paul Biya en fonction de financer «toute la communication pour casser le constat de la vacance de pouvoir». Il indique que l’argent est destiné aux «plus faibles des activistes de la diaspora camerounaise par personnes interposées».  

Au sujets des accusations portées contre lui, l’enseignant de l’université de Rouen , en France, déclare: «en dehors des autres figures importantes, des figures qui émergent et qui sont fidèles au combat de Maurice Kamto dans la diaspora, ils ont donc décidé de s’occuper de moi en  particulier… Ils ont décidé d’essayer de trouver des raisons de m’accuser  d’attenter au leadership du président Maurice Kamto». Franklin Nyamsi soutient que c’est «le groupe du samedi soir» qui l’accuse de vouloir la place de Kamto, ajoute qu’il s’est opposé à un gouvernement de la diaspora au motif que «c’est une déviation très grave de la lutte», assure que c’est lui qui a décapité médiatiquement le projet de gouvernement de transition. «Je n’ai été ni de près ni de loin dans ce projet. Je n’ai pas été dans la mise en œuvre», se défend-il tout en présentant  cette démarche comme «inexpérimentée, inutile et creuse».

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique