Cameroun/Tchad - Médias: Un journaliste de Vision 4 interdit de couvrir l’élection présidentielle

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 29-Mar-2021 - 15h08   8804                      
0
Yaounde: Vision 4 TV Archives
La Haute Autorité des Médias et de l’Audiovisuel (HAMA) accuse Edouard Wangso d’avoir «apostrophé» le 25 mars 2021 l’épouse du président Idriss Deby Idriss Deby «pour lui demander de l’argent en contrepartie de son travail».

L’élection présidentielle prévue le  11 avril 2021 au Tchad s’est arrêtée le 25 mars 2021 pour le journaliste Edouard Wangso. Le journaliste de la télévision camerounaise Vision 4 s’est vu interdire de couvrir la suite de la campagne électorale. Il est accusé par la Haute Autorité des Médias et de l’Audiovisuel  (HAMA) d’avoir «apostrophé» le 25 mars 2021 l’épouse du président Idriss Deby «pour lui demander de l’argent en contrepartie de son travail».

La Haute Autorité des Médias et de l’Audiovisuel qui annonce cette sanction dans une décision signée le 27 mars 2021fait savoir que les faits se sont déroulés à l’issue d’un meeting de la première dame organisé le 25 mars 2021 à Massakory, au Tchad. Elle ajoute que  le journalistes reporter d’images possédait une carte professionnelle dont la validité a été modifiée.  

Le  journaliste est «suspendu de la couverture de la campagne électorale pour la présidentielle du 11 avril 2021 pour violations graves des dispositions du code d’éthique et de déontologie du journaliste Tchadien en période électorale».

La HAMA indique en outre que dans une lettre datée du 26 mars, Jean-Pierre Amougou Belinga, promoteur et président directeur général de Vision 4 lui a présenté «ses sincères excuses» à la suite de  cet incident. Il aurait promis de «prendre toutes les dispositions nécessaires afin d’éviter la survenance des incidents similaires dans le futur».

L’élection présidentielle tchadienne va connaître la participation du maréchal président sortant Idriss Deby.  Arrivé au pouvoir en 1990, il brigue, à 69 ans, un sixième mandat. Il aura face à lui 6 autres candidats. L’autre opposant radical Saleh Kebzabo ne sera pas de la partie. Bien que sa candidature ait été validée, le principal opposant et rival historique du président, Saleh Kebzabo, s'est retiré du scrutin dénonçant une "militarisation évidente du climat politique". Il faisait allusion à la tentative d'arrestation d'un autre candidat déclaré, Yaya Dillo Djerou, dans un assaut meurtrier de la police et de l'armée contre son domicile à N'Djamena.

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique