Cameroun - Affaire Shakiro et Patricia/Alice Nkom (avocate et militante des droits LGBT): «J’appelle la communauté internationale à dire avec force aux autorités camerounaises qu’elles ne sont pas au-dessus de tout»

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-May-2021 - 13h15   3042                      
15
L' Avocat e Me Alice Nkom croit en la politique de Maurice Kamto. Droits réservés
L’avocate s’exprimait ainsi au micro de nos confrères de France  24.

The Washington Post, Ouest France, France 24, BBC, The New York Times, Guardian etc. De nombreux médias internationaux se sont fait l’écho de la condamnation du célèbre transgenre camerounais Shakiro et de son ami Patricia. Les deux individus ont écopé de 5 ans de prison le mardi 11 mai 2021 pour «tentative d’homosexualité» et «outrage public aux mœurs»Njuekam Midrel Loic alias Shakiro et Mouthe Roland alias Patricia devront en outre s’acquitter d’une amende de 200 000 FCFA.

Le sort réservé par la justice camerounaise à ces deux  figures populaires des réseaux sociaux a suscité le courroux de nombreuses associations qui militent pour les droits des personnes homosexuelles à travers le monde (Human Rights Watch, Comité Idaho France..). Au Cameroun, c’est Me Alice Nkom, avocate, militante LGBT et principal conseil de Shakiro et de Patricia lors de leur procès, qui s’est chargée, comme à l’accoutumée, de porter la voix de la contestation et de la dénonciation. Répondant aux questions de nos confrères de France 24, elle a lancé un vibrant appel à la communauté internationale, invitant celle-ci à faire pression sur le Cameroun

«Le président a prêté serment sur la Constitution. C’est-à-dire pas de discrimination, sécurité pour tous, place spéciale pour la vie privée, inviolabilité du domicile. Comment pouvez-vous établir qu’il y a acte homosexuel ? Jamais ! Cette loi est inconstitutionnelle. Ça montre que le Cameroun ne peut pas respecter ses engagements et ne peut donc pas respecter les droits de l’homme. J’appelle toute la communauté internationale à dire avec force et fermeté aux autorités camerounaises qu’elles ne sont pas au-dessus de tout au nom d’une souveraineté et d’un orgueil mal placé. Etre homosexuel au Cameroun, c’est vivre dans la terreur et dans la violence permanente, parce que le ton est donné par l’État. N’importe quel individu pense qu’il est supérieur à un homosexuel parce qu’il est hétéro...», a-t-elle déclaré sur "Paris Direct", un programme diffusé sur France 24 , ce lundi 17 mai 2021.

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique