Cameroun: Audiences publiques pour un complexe de transformation de bois à Edéa

Par | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 05-Aug-2022 - 12h34   3277                      
0
Le site de l'ex-Cellucam qui va abriter le projet de la Scieb B. Bangda
Les riverains du projet de construction et d’exploitation d’un complexe de production et de transformation intégré de bois à Mangombé, dans l’Arrondissement d’Edéa 1er, sont invités à se prononcer sur l’étude d’impact environnemental et social détaillée y relative.

Du 08 au 13 août 2022, à l’école primaire publique de Mangombé, dans l’Arrondissement d’Edéa 1er, département de la Sanaga-Maritime, région du Littoral, se tiendront des audiences publiques relatives à l’étude d'impact environnemental et social détaillée du projet de construction et d’exploitation d’un complexe de production et de transformation intégré de bois à Mangombé soumise par la Société camerounaise d’industrie et d’exploitation de bois (Scieb). L’annonce est faite dans un communiqué de presse du ministre délégué auprès du ministre de l'Environnement, de la Protection de la nature et du Développement durable (Minepded), Nana Aboubakar Djalloh. Ce dernier invite d’ailleurs «les populations et autres parties intéressées à participer activement à cet exercice dans le strict respect des mesures édictées par le gouvernement dans le cadre de la lutte contre la pandémie Covid-19».

Selon ce communiqué de presse signé en date du 28 juillet 2022, la communauté nationale et internationale est informée que « ces audiences publiques consistent en l'ouverture d'une salle de lecture où seront disposés les rapports de l'étude et les registres où seront consignées toutes les observations des participants ». Il est question « recueillir les observations du public sur ladite étude ».

Mémorandum d’entente

A propos du projet de construction et d’exploitation d’un complexe de production et de transformation intégré de bois à Mangombé, l’on se souvient que le 12 mai 2020, l’Etat du Cameroun à travers le ministre de l’Industrie, Gabriel Dodo Ndocké, et la Scieb ont signé un Mémorandum d’entente (MoU) en vue de la mise en place d’une technopole forêt-bois à Edéa. Il avait été convenu que ce projet en préparation depuis 12 ans devait s’installer sur le site de l’ancienne Cellulose du Cameroun (Cellucam), une société d’État tombée en faillite en 1982.

Le MoU prévoyait que la Scieb allait investir 80 milliards de FCFA dans ce projet, en trois phases. Ainsi, entre 2020 et 2027, cette entreprise allait installer un complexe industriel de production et de transformation du bois, des structures de recherche et d’accompagnement des petites et moyennes entreprises (PME) de la filière forêt-bois. Egalement sur le site indiqué, la Scieb entendait créer une unité de production de la biomasse à partir des déchets issus de la transformation du bois, puis une usine de production de la pâte à papier.

Près de 10 000 emplois

Selon notre confrère Investir au Cameroun dans un article publié le 14 mai 2020 sur son site web, lors de la cérémonie de signature de ce MoU, le ministre de l’Industrie avait annoncé que « la technopole d’Edéa permettra de créer 2000 emplois directs et 6000 emplois indirects ». Ce projet devenait alors plus important que celui d’Edéatech, une joint-venture entre l’Etat du Cameroun (35%) et la société italienne Comifin (65%), qui pilotait ce projet depuis 2008.

Investir au Cameroun renseigne alors qu’« à sa création en 2008, Edéatech a reçu du gouvernement camerounais le mandat pour la réhabilitation de 36 hectares de terres et des équipements appartenant à l’ex-Cellucam (production de la pâte à papier), en vue d’y installer une technopole ». Il était question de regrouper des PME de production de la biomasse, de traitement des eaux, de transformation du bois, de maintenance automobile et de location des engins, ainsi qu’un centre de formation aux métiers du bois.

Bernard Bangda





Dans la même Rubrique