Cameroun – Crise anglophone/Bernard Okalia Bilaï (Gouverneur du Sud-Ouest): «Dans la ville de Buea, Limbé, Tiko, l’activité a repris son cours normal»

Par Mathieu TCHITCHOUA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 09-Aug-2022 - 06h27   4125                      
8
Okalia Bilai optimistic about school resumption Facebook
Le patron de cette région donne un aperçu de la situation sécuritaire dans sa région, en marge de la Conférence des gouverneurs qui s’est ouverte le lundi 8 août 2022 à Yaoundé, alors que  la région est en proie aux affrontements entre les forces de défense et de sécurité camerounaises et les miliciens séparatistes.

Le Gouverneur de la région du Sud-Ouest, Bernard Okalia Bilaï, prend part depuis le lundi 8 août 2022 à la toute première Conférence des gouverneurs à Yaoundé, sous l’égide du ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji. Il est question de passer au scanner la situation socio-économique et sécuritaire dans les dix régions, et d’envisager des solutions durables, lesquelles varient d’une région à une autre.

Dans le Sud-Ouest, la question sécuritaire est au premier plan des préoccupations des autorités car, la région est en proie depuis 2016 à des affrontements armés entre l’armée camerounaise et les miliciens séparatistes se revendiquant de l’Ambazonie. A l’entame de ce second semestre, le patron de la région note une relative accalmie, notamment dans les principales villes de la région.

« Dans la ville de Buea, Limbé, Tiko, l’activité a repris son cours normal. Les normalisations sont palpables. Maintenant, il faut les consolider. C’est un travail de chaque jour », a confié Bernard Okalia Bilaï au poste national de la Cameroon Radio Television ce mardi 9 août 2022. Pour autant, il déplore quelques proches de résistance dans les localités rurales de la région, entretenues par des groupes armés séparatistes. « Nous avons encore des petits malins qui s’amusent à procéder aux guet-apens et autres, créant la confusion, le traumatisme au sein des populations, notamment dans les zones reculées », ajoute-t-il.

Ce retour à une relative sérénité peut se justifier par la mise en déroute de quelques barons de la lutte ambazonienne dans la région, en l’occurrence le chef de guerre Olivier Lekeaka, alias « Filed Marshall », tué par l’armée en juillet dernier.  

Auteur:
Mathieu TCHITCHOUA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique