Cameroun – Massacres de Ngarbuh : Un chef traditionnel déclare au tribunal que les 21 personnes tuées ont été enterrées dans quatre tombes

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-Jun-2021 - 10h22   3171                      
2
Viral photo said to be of the kids killed in Ngarbuh Facebook
Le Fon de Ntumbaw, Nfor Mohammed, est le premier témoin auditionné dans le cadre de cette procédure. C’était le jeudi 17 juin 2021 au Tribunal militaire de Yaoundé.

Une audience du procès des trois soldats accusés des massacres survenus dans la nuit du 14 février 2021 à Ngarbuh, région du Nord-Ouest, a eu lieu le jeudi 17 juin 2021 devant le Tribunal militaire de Yaoundé. Elle était consacrée l’audition des témoins, et un seul s’est présenté à la barre. En l’occurrence Nfor Mohammed, le Fon de Ntumbaw, dans l’arrondissement de Ndu. Selon le quotidien Le Jour de ce vendredi 18 juin 2021, les familles des victimes n’ont pas pu assister au procès faute « d’argent de transport et des problèmes sécuritaires ».

L’autorité traditionnelle s’est soumise à l’interrogatoire de l’avocat de la partie civile,  Me Amungwa Tanyi qui représente les familles des victimes dans le procès. Il affirme clairement que 21 personnes ont perdu la vie dans cette tragédie, et qu’elles ont toutes été inhumées dans quatre tombes.

« Le 14 février 2020 dans la matinée, She Djaliai, l’un de mes collaborateurs, est venu m’informer de ce que les soldats ont tué mes administrés. C’était dans la nuit, je n’ai pas pu me déplacer car un chef traditionnel ne voit pas des cadavres. J’ai envoyé les gens faire les rites sur le lieu de l’incident et pour l’inhumation des dépouilles. Après les rites, je me suis rendu sur les lieux le 14 février 2020 accompagné du préfet du Donga Mantung et du Sous-préfet de Ndu. Une fois sur les lieux, nous avons trouvé quatre tombes et plusieurs personnes étaient sur les lieux. Beaucoup de gens pleuraient car la scène était horrible. Les populations nous ont informés que ce sont les soldats qui ont tué ces gens. Les autorités administratives ont promis aux populations que l’Etat allait faire tout pour que la lumière soit faite sur cette affaire. Sur place, 21 personnes ont été identifiées parmi les décès enregistrés. Toutes ces personnes ont été inhumées dans les quatre tombes », témoigne Nfor Mohammed dans des propos publiés par le journal de Haman Mana.

Il a par ailleurs révélé que parmi les victimes de cette tuerie, figurait un combattant sécessionniste, qu’il n’aura pas pris le soin de dénoncer aux autorités avant les massacres du 14 février 2020, et assume cela comme une erreur de sa part. La prochaine audience dans cette affaire aura lieu le 15 juillet 2021.

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique