Cameroun – Médias : Après que le gouverneur du Littoral ait indexé Equinoxe TV, le CNC met en garde contre les dérives et menace...

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 22-Mar-2022 - 17h14   22162                      
58
Sévérin Tchounkeu capture d'écran
La télévision basée à Douala, est accusée d’ « incitations répétées à la révolte populaire » et menacée de sanctions. Son PDG Séverin Tchounkeu se défend et accuuse Paul Atanga Nji

Ce 22 Mars, le Conseil National de la Communication (CNC) a publié un communiqué lu au journal de 13 heures du Poste National de la CRTV. Son président Joseph Chebonkeng Kalabubse y constate que dans le contexte sociopolitique actuel marqué par des revendications corporatistes et des mesures prises par le gouvernement « certains médias s’illustrent, à travers des émissions à caractère interactif ou des déclarations outrageuses, par la diffusion de propos tendancieux ou des déclarations outrageuses, de jugements inappropriés, de commentaires séditieux ou de réactions discourtoises ». Le CNC  attire l’attention des professionnels des médias sur la gravité des conséquences pouvant naître de la diffusion d’informations ou déclarations compromettantes à l’encontre de personnes ou d’institutions républicaines. Il rappelle aux auteurs des dérives qu’il  est prêt à prendre des mesures allant de la suspension temporaire à l’interdiction définitive d’activité.

Le communiqué  du CNC survient au lendemain de la mise en garde du gouverneur de la région du Littoral adressée au président directeur général d’Equinoxe Télévision. Dans le document qui a fuité sur les réseaux sociaux dès l’après-midi du lundi 21 Mars 2022, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua accusait Equinoxe TV d’ « incitations répétées à la révolte populaire ».  Il relevait que la télévision  privée avait opté pour une ligne éditoriale « outrancièrement  belliqueuse », l’accusait de faire l’apologie de la violence et de la déstabilisation, de déformer les faits de façon cynique. « Lors de l’émission « Droit de Réponse » diffusée dimanche 28 Février 2022, l’un  de vos panélistes, au terme d’une analyse incongrue, a clairement appelé les parents et les élèves à rejoindre le mouvement d’humeur des enseignants, l’objectif étant d’obstruer les efforts du Gouvernement dans la recherche d’une issue heureuse à la crise. Cet appel à la révolte populaire a même eu l’effronterie de s’inspirer des manifestations de 2016 ayant débouché sur la crise sécuritaire et ses dérives extrémistes et sécessionnistes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest »,  accusait encore le gouverneur Ivaha Diboua.  

Pour finir, il mettait en garde « contre toute  récidive et promettait d’appliquer la loi « dans toute sa rigueur ». Il ajoutait que « lorsque le seuil de la provocation atteint l’intolérable, la liberté d’expression perd tout son sens ».

Séverin Tchounkeu a tenu à réagir lundi soir à cette correspondance. Au cours d’un entretien diffusé sur Equinoxe TV peu après 21 jeunes le patron du Groupe la Nouvelle Expression  a soutenu que la correspondance diffusée sur les réseaux sociaux et l’exemplaire contenu   dans le pli fermé déposé dans ses services n’avaient pas été rédigés par le gouverneur du Littoral. Il assurait qu’il  l’avait juste signé. Il en attribuait le contenu au ministre de l’administration territoriale Paul Atanga Nji. Séverin Tchounkeu a aussi martelé que les propos attribués à l’invité de l’émission querellée n’avaient pas été tenus.  « Nous continuons à rendre compte, dans le respect des règles du métier que nous pratiquons », a-t-il clamé. « Je ne suis pas un homme politique. Je ne fais pas de politique, du moins pour l'instant. Mon ambition c'est d'avoir la meilleure chaîne de télévision au Cameroun, et cela advient en respectant les règles de notre métier ». Le PDG d’Equinoxe a expliqué qu’il n’avait rien à faire dans des batailles entre ministres.  

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique