Cameroun – Nutrition/Polain Nzobeuh: «Il n’est pas question pour moi de dire que les gens arrêtent de manger le beignet- haricot-bouillie»

Par Mathieu TCHITCHOUA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 05-Aug-2022 - 09h59   2958                      
4
Polain Nzobeuh Facebook
Le Biologiste-thérapeute maintient sa thèse sur la toxicité de ce repas, et tente d’apporter des explications pour justifier sa sortie.

Le Biologiste-thérapeute Polain Nzobeuh a vécu une semaine sur le feu des critiques des internautes, pour avoir déclaré que la recette « Beignet-Haricot-Bouillie est le repas le plus toxique d’Afrique ». Moqué et détesté, il a tenu à apporter des clarifications sur cette sortie, dans une interview accordée au journal Le Jour de ce vendredi 5 août 2022.

D’emblée, il déclare que l’objet de sa sortie ne visait pas à dissuader les populations de continuer à s’alimenter avec ce repas. « Il n’est pas question pour moi de dire que des gens devraient arrêter de manger du beignet-haricot-bouillie », indique-t-il, en maintenant sa thèse sur la toxicité de cette recette.

 

Explications du Dr Polain Nzobeuh :

A propos des beignets

Les beignets sont faits de farine, de sucre et de sel. Ces trois ingrédients sont tous des produits raffinés. Le raffinage des aliments crée des carences et de la toxicité pour notre santé. Des études sur la dangerosité de la farine de blé raffinée ont démontré qu’elle contient du gluten, de l’amidon, qui sont des molécules extrêmement indigestes, difficiles à se décomposer dans le corps. Ainsi, leur consommation entraîne des constipations, parce que les déchets stagnent dans le corps. Ceux-ci pourrissent et attirent des parasites dans le corps, et favorisent la porosité intestinale. Une fois dans l’estomac et les intestins, les aliments contenant du gluten et les amidons agglutinent les microbes protecteurs du corps notre flore intestinale, siège de notre immunité, ce qui est à l’origine des immunodéprimés. Le blé est extrêmement dangereux dans ce sens. Et puis, l’on fait frire cette farine à plus de 100 °C. Nous avons appris à l’école primaire que les vitamines sont thermolabiles. Ce terme signifie qu’elles sont détruites par la chaleur. Et effectivement à partir de 40°C on assiste à la disparition des vitamines et autres micronutriments sensibles dans les aliments. Donc, cette boule faite de gluten et qu’on fait frire dans de l’huile à température élevée ne contient plus d’enzymes encore moins de vitamines ni de minéraux. Même les protéines commencent à être dénaturées à plus de 100°C. Lorsque les glucides, les lipides et les protéines sont chauffés à plus de 100°C, des molécules de Maillard se forment. Elles surviennent pendant la cuisson des aliments et sont toxiques. C’est ce qui rend le beignet blanc au début puis brun parfois noir. Ces molécules sont reprotoxiques. Elles troublent la reproduction des humains et mutent les gènes au niveau de l’ADN. Ces molécules favorisent la formation des cellules cancéreuses et aboutissent à des cancers. L’huile raffinée chauffée à plus de 100 °C est toxique. Il y a des huiles adaptées aux fritures, parce qu’elles résistent à des fortes températures. L’huile d’olive par exemple est excellente. Mais les gens font le contraire. Beaucoup utilisent l’huile raffinée. La bouillie quant à elle, est composée du sucre et du maïs. La graine de maïs a des nutriments. Ces derniers sont liés par des liaisons hydrogènes à des minéraux et antioxydants etc. C’est la raison pour laquelle la poule qui mange le maïs cru est en bonne santé. Lorsqu’on sèche, on écrase, on lave et tamise le maïs, l’eau qu’on verse contient beaucoup de nutriments et il ne reste plus que les déchets. Ces actions concourent à dénaturer les valeurs nutritives du maïs. A la préparation, on y ajoute du sucre. En ce qui concerne le sucre, vous convenez avec moi qu’on demande à certains malades d’arrêter de le consommer. Même le sucre roux n’est également pas bon. Et certains commerçants n’ayant pas assez de moyens, y ajoutent du saccharose. Un sucre lui aussi raffiné qui est très dangereux pour l’organisme.

Le haricot aussi…

Le haricot est riche en protéines certes quand il est cru ; mais quand on le cuit pendant 2 à 3 heures de temps, il ne reste plus que des macros molécules. Les molécules sont thermolabiles donc détruites par la chaleur. Ces macros molécules ne peuvent pas traverser la paroi intestinale seules, le corps doit les casser pour avoir les Acides aminées et c’est un processus long et indigeste. C’est la raison pour laquelle certains mettent les carottes et haricots verts dans le haricot pour faciliter la digestion sinon les gens se retrouvent à faire des gaz en désordre. Pire encore on le fait frire. Et avec quelle huile ? Avec de l’huile raffinée qui est toxique du fait de sa pauvreté en nutriments lessivés lors du raffinage et aussi à cause des molécules de Maillard qui s’y forment dès qu’on élève la température. Je vous épargne les microbes en bordure de route, puisque certains s’installent même à côté des poubelles. Les conditions d’hygiène aussi et les conditions dans lesquelles ces personnes cuisinent. Les condiments comme le cube, le choix des ingrédients au marché. Prennent-elles, la bonne tomate par exemple ? Je fais fi de tout cela.

Source : Le Jour du vendredi 5 août 2022

 

 

 

Auteur:
Mathieu TCHITCHOUA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique