Cameroun/CAN 2021: Face aux stades vides, le ministre de la communication exhorte les populations à aller peupler les gradins.

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 12-Jan-2022 - 12h30   12344                      
93
Stade Bafoussam lors du match Sénégal contre Zimbabwe Anonyme
Annoncé comme un rendez-vous populaire au Cameroun, pays de football, la phase finale de la 33eme Coupe d’Afrique des Nations de football se joue dans les stades qui sonnent creux.

Entamée le 09 janvier 2022 au stade omnisports de Yaoundé Olembé, la première journée sera bouclée ce mercredi 12 janvier 2022 au stade omnisports de Limbe et au stade omnisports de Douala Japoma.

Mais les stades au public clairsemé constituent la première leçon qu’on peut déjà tirer trois jours après le coup d’envoi de la grande fête du football africain.

En dehors de l’antre d’Olembe où les organisateurs ont recruté des lycéens et autres partisans du président Paul Biya pour faire foule, les spectateurs ne sont pas sortis en grand nombre pour les matches ailleurs. Pourquoi les spectateurs espérés dans les stades sont aux abonnés absents ?

«Il y a d’abord cette fameuse condition de vaccination obligatoire. Le vaccin passe mal chez certains peuples conservateurs ; l'heure de certains match : 14h une heure à laquelle tout le monde tacle et le fonctionnaire boucle ses rapports. Difficile de mobiliser ; le stade n'est pas à Bafoussam, mais à Kouekong. À plus de 8km de la ville et s'y rendre n'est pas chose aisée, puisqu'aucun taxi ne fait la ligne. Kouekong en fait n'est pas une zone habitée mais un quartier sur la route Bafoussam – Foumbot ; les communautés Zimbabwéennes et Sénégalaises de Bafoussam ne sont pas pléthoriques. Ce sera pareil à quelques exceptions près pour les autres matchs qui ne concernent pas les lions indomptables. Même les matchs du Stade omnisports Ahmadou Ahidjo risquent le même sort » avait tenté d’expliquer au lendemain du match Sénégal – Zimbabwe (1-0) Alain Roosevelt Tidjio, député suppléant, militant du RDPC, le parti politique au pouvoir.

« Les facilités n'ont pas été prévues pour permettre aux camerounais d'aller au stade pendant les jours de CAN. Par exemple permettrez que le personnel des administrations publiques et privées  travaille en journée continue jusqu'à 12h ; mise en place des moyens de transports en commun (navettes) en aller et retour par les mairies de ville à prix peu coûtant et faire une forte communication là - dessus (points et différentes heures de départ et de retour) ; augmenter le nombre de billets gratuits et des invitations. Ces quelques actions peuvent améliorer la fréquentation de nos stades pendant cette CAN » a renchéri Maurice Kemgang Feuze, président de la Ligue régionale de Lawn-tennis du Littoral.

Confronté à ce premier échec populaire, le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, exhorte les populations à se rendre massivement dans les gradins pour vivre les matchs en direct.

« Le gouvernement par ma voix exhorte toutes les camerounaises et tous les camerounais à continuer de tout entreprendre, dans le strict respect des règles édictées pour assister aux différentes rencontres dans un esprit de fair-play, de discipline et de fraternité » a écrit René Emmanuel Sadi.

L’intégralité du communiqué du MINCOM ci-dessous.

--

Communiqué du Ministre de la communication (c) MINCOM
Communiqué du Ministre de la communication (c) MINCOM

 

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique