Cameroun - Dénonciation: S’estimant insultée par le ministre Jean De Dieu Momo sur WhatsApp, l’avocate Franco-camerounaise Félicité Esther Zeifman, demande au Premier Ministre de faire à son collaborateur «un rappel à l’ordre ferme et formel»

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 05-May-2020 - 11h00   7576                      
9
Félicité Esther Zeifman archives
La juriste installée à Paris a adressé à cet effet une lettre ouverte à Joseph Dion Ngute. L’avocate au Barreau de Paris y parle de cette conversation virtuelle qui selon elle, a dégénéré en agression verbale. Félicité Esther Zeifman a joint à sa correspondante un document qui rapporte par le menu détail ce moment houleux.

Me Félicité Esther Zeifman dénonce Me Jean De Dieu Momo chez le Premier Ministre. L’avocate Franco-camerounaise, installée en France, accuse le ministre délégué auprès du ministre de la Justice Garde des Sceaux de l’avoir  injuriée de façon grossière le 1er mai 2020.

Dans la lettre ouverte qu’elle adresse à Joseph Dion Ngute, la juriste rapporte que Me Momo, inscrit  dans un groupe WhatsApp ouvert aux avocats de nationalité et d’origine camerounaise exerçant au Cameroun et à l’étranger, «en sa qualité de membre du gouvernement et non d’avocat puisque omis du tableau de l’Ordre des Avocats du Cameroun du fait de ses fonctions ministérielles» a tenu des propos «d’une incroyable vulgarité qui ont choqué plus d’un confrère membre de ce groupe».

L’avocate associée du cabinet parisien Convergences explique au Chef du gouvernement qu’elle ne se serait  pas adressée à lui «si ces injures n’avaient pas été dites par un membre  du gouvernement». Me Zeifman indique qu’elle a toujours pensé que la fonction de ministre «exige un minimum d’élégance et de correction langagière pour ceux qui ont l’honneur d’être choisis pour servir dignement l’intérêt général».

Ce qui à son avis, n’est pas le cas pour Jean De Dieu Momo qui «a fait des attaques et des injures ad hominem, sa marque de fabrique dévalorisant ainsi la fonction ministérielle». Elle estime que des personnalités publiques de haut rang tel que les membres du gouvernement dans un pays où la majorité de la population est jeune se doivent de s’illustrer par un comportement public exemplaire.

Féliciter Esther Zeifman termine sa correspondance en sollicitant du Premier Ministre «un rappel à l’ordre ferme et formel» au ministre Jean De Dieu Momo. Cela «afin que son image clivante n’agisse pas comme un repoussoir pour votre gouvernement entier».

Voici dans son intégralité la lettre-dénonciation adressée par Me Félicité Esther Zeifman au Premier ministre Joseph Dion Ngute

 

LETTRE OUVERTE

A MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE DION NGUTE

Monsieur le Premier Ministre,

Je me serai bien passée de vous adresser cette lettre ouverte et me serai contentée en ma qualité d’Avocate de saisir les Juridictions françaises compétentes pour laver mon honneur si les faits que je vous soumets ne revêtent pas à mon sens une gravité parce qu’émanant  d’un membre de votre gouvernement.

En effet, le 1er mai dernier, dans un groupe WhatsApp ouvert aux avocats de nationalité et d’origine camerounaise exerçant au Cameroun et à l’étranger, Monsieur Jean de Dieu MOMO, Ministre Délégué près du Ministre de la Justice, Garde des Sceaux a proféré contre moi une série d’injures telles que l’attestent les captures d’écran en annexe.

Je vous informe que Monsieur MOMO est inscrit dans ce groupe en sa qualité de membre du gouvernement et non d’Avocat puisque omis du tableau de l’Ordre des Avocats du Cameroun du fait de ses fonctions ministérielles.

Les propos tenus par Monsieur MOMO sont, Monsieur le Premier Ministre d’une incroyable vulgarité et ont choqué plus d’un confrère membre de ce groupe.

Monsieur le Premier Ministre, comme je vous l’ai indiqué plus haut, je me serai bien passée de m’adresser à vous si ces injures n’avaient pas été dites par un membre  du gouvernement.

J’ai toujours pensé et les camerounais avec moi que la fonction de ministre exige un minimum d’élégance et de correction langagière pour ceux qui ont l’honneur d’être choisis pour servir dignement l’intérêt général.

Il se trouve  malheureusement, Monsieur le Premier Ministre, que votre collaborateur Monsieur MOMO a fait des attaques et des injures ad hominem, sa marque de fabrique dévalorisant ainsi la fonction ministérielle.

Des personnalités publiques de haut rang tel que les membres du gouvernement dans un pays où la majorité de la population est jeune se doivent de s’illustrer par un comportement public exemplaire.

Que pensent ce millier de jeunes qui suivent  le Ministre MOMO dans les réseaux sociaux et dont le langage n’est pas toujours à la hauteur de la fonction qu’il occupe ?

Pouvons-nous encore Monsieur le Premier Ministre exiger de nos jeunes des comportements sociaux de base comme la politesse, la courtoisie, l’élégance, le respect de l’autre et le respect dû aux femmes si un membre du gouvernement peut ainsi se laisser aller à ce niveau de grossièretés ?

Le débat public ne devrait pas être l’occasion de laisser paraître ce type d’attitudes totalement primaires.

Voulez-vous Monsieur le Premier Ministre que des jeunes camerounais retiennent que pour être ministre au Cameroun et s’y maintenir, il faille être grossier, insultant, malpoli et vulgaire envers tout le monde ?

Heureusement que le gouvernement que vous dirigez a encore  en son sein des personnalités qui forcent l’admiration et le respect par leurs comportements exemplaires et qui sont modérées dans leur prise de parole.

On ne se refait pas soit. Mais Monsieur le Premier Ministre, en tant que Chef du gouvernement, je pense  qu’il ne serait pas inutile pour vous de faire un rappel à l’ordre ferme et formel au Ministre MOMO afin que son image clivante n’agisse pas comme un repoussoir pour votre gouvernement entier.

Vous en souhaitant bonne réception,

Je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, en ma respectueuse considération.

   Félicité Esther ZEIFMAN

      Avocat Associé

 

 

 

 

 

                                                                                                      

 

 

 

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique