Cameroun - Ultimatum: Des activistes de la diaspora demandent à Paul Biya de briser le silence, sinon «le peuple souverain du Cameroun constatera de lui-même la vacance du pouvoir»

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 24-Apr-2020 - 07h41   7149                      
25
Manifestation de Camerounais de la diaspora archives
La mise en garde est contenue dans un communiqué du Conseil des Camerounais de la Diaspora (CCD).

Dans ce communiqué signé le 23 avril 2020 de son président, Robert Wanto, le Conseil des Camerounais de la Diaspora (CCD) dénonce d'abord l'annulation des célébrations publiques de la Fête du 20 mai 2020.

«Une note officielle émanant du Secrétariat Général de la Présidence de la République du Cameroun, signée en date du 22 avril 2020, est venue confirmer ce que le peuple meurtri du Cameroun, dans son immense majorité, redoutait déjà, à savoir une vacuité du pouvoir au sommet de l’État camerounais, du fait d’une absence prolongée et injustifiable du premier des Camerounais, pourtant supposé être auprès de son peuple, au moment même où celui-ci n’a jamais autant eu besoin de lui que pendant la propagation à grande vitesse du COVID-19, pour le rassurer face au péril national et mondial auquel est exposée la nation camerounaise tout entière».

L'organisation exige ensuite que Paul Biya, «de facto, mette un terme à son silence assourdissant qui vient de plus en plus créditer l’idée d’une vacance du pouvoir au sommet de l’État».

«Faute de quoi, prévient le CCD, dès le 19 mai 2020 à 21h, le peuple souverain du Cameroun constatera de lui-même la vacance du pouvoir. Il sera ipso facto contraint de se réapproprier son destin et sa souveraineté dans les rues des villes et villages de toutes les dix régions du Cameroun le 20 mai 2020 à 10h».

Le CCD est un mouvement constitué d'activistes camerounais vivant à l'étranger qui sont opposés au régime de Yaoundé. Parmi ses membres, on retrouve des personnes faisant partie de la célèbre Brigade Anti-Sardinards (BAS) qui ces dernières années, s'est donnée pour mission de perturber les séjours du Chef de l'Etat en Occident.

Voici le communiqué:

LE CONSEIL DES CAMEROUNAIS DE LA DIASPORA DEMANDE À PAUL BIYA DE S’ADRESSER AUX CAMEROUNAIS

Très chers Amis du Cameroun,
Très chers Compatriotes,
Mesdames et Messieurs,

Une note officielle émanant du Secrétariat Général de la Présidence de la République du Cameroun, signée en date du 22 avril 2020, est venue confirmer ce que le peuple meurtri du Cameroun, dans son immense majorité, redoutait déjà, à savoir une vacuité du pouvoir au sommet de l’État camerounais, du fait d’une absence prolongée et injustifiable du premier des Camerounais, pourtant supposé être auprès de son peuple, au moment même où celui-ci n’a jamais autant eu besoin de lui que pendant la propagation à grande vitesse du COVID-19, pour le rassurer face au péril national et mondial auquel est exposée la nation camerounaise tout entière.

Nul besoin ici de préciser que la fuite en avant qui porte sur une série de décrets, arrêtés et notes officielles en lieu et place d’une simple allocution à un peuple perplexe et désemparé, est de nature à conforter la quasi-totalité des Camerounais dans l’idée d’un vide à la tête de l’État et par ricochet d’un gré à gré EN MARCHE au sommet de l’État au Cameroun.

Eu égard à tout ce qui précède et compte tenu de la responsabilité première qui incombe à chaque peuple souverain de s’assumer, le peuple meurtri et abandonné du Cameroun par le biais de l’une de ses composantes qui est le CCD (Conseil des Camerounais de la Diaspora) exprime sa très profonde préoccupation et exige que le président de facto mette un terme à son silence assourdissant qui vient de plus en plus créditer l’idée d’une vacance du pouvoir au sommet de l’État.

Ce peuple désabusé et aujourd’hui fort éprouvé par la pandémie du COVID-19 attend impatiemment de voir son chef de facto à son chevet, sur le terrain d’abord, et ensuite à travers un discours à la nation dans les jours à venir.

Faute de quoi dès le 19 mai 2020 à 21h, le peuple souverain du Cameroun constatera de lui-même la vacance du pouvoir. Il sera ipso facto contraint de se réapproprier son destin et sa souveraineté dans les rues des villes et villages de toutes les dix régions du Cameroun le 20 mai 2020 à 10h. Et l’histoire se chargerait donc désormais de retenir, une fois pour toutes, cette date comme étant celle de la libération totale et définitive du Cameroun.

La communauté nationale et internationale est, de ce point de vue, prise à témoin !

Vive la Diaspora révolutionnaire !
Vive le peuple réconcilié du Cameroun !
Vive le Cameroun libre !

Fait à Paris, le 23 avril 2020

Pour le CCD
Le Général-Président Robert WANTO

Les Porte-Paroles Henri KINGUE KWATE & Narcisse BANEGA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique