Afrique du Sud: l'ANC pousse le président Zuma vers la sortie

Par Agence France Presse | AFP
Johannesburg - 13-Feb-2018 - 13h10   3258                      
8
Le président sud-africain Jacob Zuma lors d'un sommet panafricain le 28 janvier 2018 à Addis Abeba AFP/Archives/SIMON MAINA
Le Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir en Afrique du Sud, a décidé mardi de se débarrasser du très controversé président du pays Jacob Zuma, dont les refus répétés de dé

Le Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir en Afrique du Sud, a décidé mardi de se débarrasser du très controversé président du pays Jacob Zuma, dont les refus répétés de démissionner ont plongé le pays dans la crise.

Depuis son arrivée à la tête de l'ANC en décembre, Cyril Ramaphosa cherche à pousser vers la sortie M. Zuma, mis en cause dans de nombreuses affaires de corruption, afin d'éviter une catastrophe aux élections générales de 2019.

L'ancien homme d'affaires a d'abord choisi la manière douce et négocié directement avec le président. Mais ces tractations ont échoué, et devant la frustration de l'opposition, de l'opinion publique et de membres de son parti, il est passé à l'offensive en convoquant lundi l'organe le plus puissant du parti.

Jacob Zuma (c) AFP/SOPHIE RAMIS

Au terme de discussions-marathon, le Comité national exécutif (NEC) de l'ANC a "rappelé" mardi avant l'aube le président en le sommant de démissionner dans les 48 heures, selon un membre du NEC joint par l'AFP.

Ni le parti, ni le président, muet depuis plusieurs jours, n'a encore communiqué officiellement sur l'issue de la réunion, mais le parti avait prévu une conférence de presse à son quartier général de Johannesburg mardi à 12H00 GMT.

En théorie, c'est donc la fin pour Jacob Zuma.

Le président de l'ANC, Cyril Ramaphosa lors d'un meeting le 11 février 2018 au Cap (Afrique du Sud) (c) AFP/RODGER BOSCH

Mais le président, réputé retors, n'a aucune obligation constitutionnelle de se soumettre à la décision du NEC.

S'il refuse d'obtempérer, l'ANC lui forcera la main, a mis en garde Cyril Ramaphosa lors de tractations de dernière minute dans la nuit avec le président Zuma. Il déposera très rapidement une motion de défiance au Parlement.

- Prolongations -

L'ANC se déchire depuis des mois sur l'avenir du président, dont le second mandat expire en 2019.

Les discussions du NEC se sont encore éternisées, laissant planer un temps le doute sur leur issue. En plein milieu de la nuit, la réunion a été interrompue le temps pour Cyril Ramaphosa d'aller à la résidence officielle du président pour lui proposer, une dernière fois, une sortie digne: la démission.

Inflexible, le président a encore joué les prolongations. "Il racontait n'importe quoi, il voulait encore trois mois, il voulait rester au pouvoir jusqu'en août", a raconté le membre du NEC.

"On s'est dit qu'il voulait encore trois mois pour piller" le pays, a-t-il ajouté sous couvert de l'anonymat.

Le président "était très arrogant. Il a dit qu'il n'irait nulle part parce qu'il n'a rien fait de mal", a expliqué un autre membre du NEC cité par l'hebdomadaire Mail & Guardian.

M. Ramaphosa lui a dit "de démissionner dans les 48 heures, sinon l'ANC déposerait une motion de défiance d'ici jeudi", a ajouté ce responsable du parti.

L'ANC, tout puissant en l'absence de scrutin présidentiel au suffrage universel direct, n'a donc eu d'autre choix que de sanctionner Jacob Zuma en lui ordonnant de se démettre.

En prévision d'un refus du président, le groupe parlementaire de l'ANC devrait se réunir dès mercredi matin en vue de déposer rapidement une motion de défiance.

- Les jeux sont faits -

"Il y a unanimité dans le parti, donc les jeux sont faits", a tranché un membre du NEC interrogé par l'AFP.

L'ANC est "décidé à mettre un point final à la crise avant la présentation du budget" le 21 février, a résumé à l'AFP l'analyste politique Dirk Kotze.

Jacob Zuma est associé à une série de scandales qui ternissent l'image de l'ANC au pouvoir depuis 1994.

Il a été reconnu coupable de violation de la Constitution, il est menacé d'inculpation dans une vieille affaire de pots-de-vins et son nom est intimement associé à celui de la sulfureuse famille d'hommes d'affaires Gupta, au coeur d'autres dossiers de détournements de fonds ou de trafic d'influence.

Le chef du parti d'opposition des Combattants pour la liberté économique (EFF, gauche radicale), le bouillant Julius Malema, ne le désigne pus que sous le nom de "délinquant".

Si Jacob Zuma démissionne, il sera sauf énorme surprise remplacé par le vice-président Ramaphosa. Dans le cas d'un vote de défiance, le président du Parlement assurerait l'intérim jusqu'à l'élection du nouveau chef de l'Etat.



Par Susan NJANJI | AFP

Auteur:
Agence France Presse
 @t_b_a
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique