Cameroun - 38ème anniversaire de Paul Biya au pouvoir/Robert Mouthé Ambassa (RDPC): «Paul Biya n’est pas un saint. Ce qui est sûr c’est qu’il fait le maximum possible pour que le Camerounais se sente bien»

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 17-Nov-2020 - 08h58   12089                      
37
Robert Mouthé Ambassa Facebook
Le cadre du parti présidentiel rend «des groupes de prédateurs» responsables des problèmes de gouvernance relevés ici et là ces dernières années.

Robert Mouthé Ambassa juge le bilan des 38 ans de Paul Biya au pouvoir positif. Répondant aux questions de nos confrères d’ABK Radio le 16 novembre 2020, le cadre du RDPC a soutenu qu’il n' y a pas grand-chose à reprocher à son champion. «Pour moi, c’est un bilan qui est confortable, qui est correct par rapport aux situations qu’il a eu à traverser. Vous savez, quand Biya arrive au pouvoir il y a toute une succession de choses. Ça commence à se brouiller avec son prédécesseur, Coup d’Etat manqué, la crise économique qui commence en 1987, qui a duré 20 ans, les PPTE, la dévaluation du Franc CFA», a expliqué ce militant au franc-parler apprécié dans les milieux de l’opposition.  

Mouthé Ambassa soutient que tout ce qu’il énumère «n’a pas empêché le Cameroun d’avancer». Il cite comme «exemples concrets» la floraison des lycées techniques sur l’ensemble du territoire. Il souligne qu’il y en a désormais «au moins un par arrondissement».  Il brandit aussi la multiplication des lycées d’enseignement général mais admet que «le fait que les classes soient pléthoriques montrent qu’on a avancé mais pas suffisamment». Dans le domaine de la santé, il rappelle qu’on est passé des dispensaires aux hôpitaux de districts.

«Il y a eu progression. Ça ne suffit pas, mais on ne peut pas dire qu’il n’a rien fait», réitère Robert Mouthe Ambassa. Pour ce qui est des dysfonctionnements relevés dans sa gouvernance, il déclare que «le président Biya est responsable, pas coupable». L’occasion pour lui de dénoncer le «banditisme économique» et en citant le scandale de la CAN pour l’illustrer. «Il y a des groupes de prédateurs qui se sont installés. Si vous n’êtes pas avec eux ils vous écartent», ajoute l’homme politique. «Paul Biya n’est pas un saint. Ce qui est sûr c’est qu’il fait le maximum possible pour que le Camerounais se sente bien», martèle-t-il en proposant au chef de l’Etat camerounais de «changer les hommes» qui l’entourent.

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique