Cameroun - Crise anglophone/Pr Jean Emmanuel Pondi (Universitaire): «Nous devons arrêter de nous ériger en donneurs de leçons… Il nous faut un dialogue inclusif et fraternel»

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 07-Jun-2019 - 16h17   7905                      
55
Pr Jean-Emmanuel PONDI Archives
Vice-recteur à l’Université de Yaoundé I, Pr Jean Emmanuel Pondi, dans une interview accordée à Mutations en kiosque ce 7 juin 2019, préconise le dialogue inclusif comme solution à la crise qui secoue les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. L’auteur prolifique revient aussi sur «Reine Afrique ou racines de l’Union Africaine», son ouvrage ayant fait l’objet d’une représentation théâtrale le 24 mai dernier à Yaoundé.

Question: Quels sont les objectifs de la représentation théâtrale de «Reine Afrique ou racines de l’Union Africaine»?

Jean E. Pondi: Cette pièce qui porte sur la naissance de l’OUA (1963) et plus tard de l’Union Africaine (2002), est la résultante d’un double constat: la difficulté qu’éprouvent nombre d’africains à s’adonner à la lecture d’une part, et la quasi-impossibilité qu’il y a à aimer ou défendre ce que l’on ne connait pas d’autre part. D’où cette pièce pour apprendre en se distrayant, tout en devenant l’avocat de l’intégration continentale.

Question: Le Cameroun fait face en ce moment à une crise sécuritaire et sociopolitique sans précédent, sur fond de velléités sécessionnistes dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Comment le panafricanisme que vous êtes perçoit-il ce conflit qui n’a que trop duré?

Jean E. Pondi: Par définition, aucun panafricaniste ne saurait plaider en faveur du démantèlement d’une partie du territoire d’un continent. Notre souci est plutôt d’aider à la création d’ensembles territoriaux plus grands, plus forts, et plus prospères; pour augmenter le bien-être de tous les enfants d’Afrique. Ceci dit, il ne pourrait y avoir de résolution du conflit au Nord-Ouest et au Sud-Ouest du Cameroun que si nous acceptons tous, sans faux fuyants, ni hypocrisie, de retrouver chacun le chemin de l’humilité, de l’écoute, et de la considération de l’autre dans sa différence. Nous devons arrêter de nous ériger en donneurs de leçons.

Question: C’est quoi les conditions d’un dialogue véritable?

Jean E. Pondi: Il nous faut un dialogue inclusif et fraternel, malgré les tensions qui sont observées çà et là. Un véritable dialogue implique un changement de comportement important de la part de tous. Mais, il est nécessaire de l’amorcer le plus rapidement possible avec des personnes préalablement acceptées de toutes les parties au conflit, conformément aux canons bien connus de la théorie de la négociation.

Fred BIHINA

 

 

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique