Cameroun - Échéances électorales: Le cardinal Christian Tumi pense que les élections régionales ne vont rien changer à la situation des anglophones

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 03-Dec-2020 - 08h45   9237                      
15
Cardinal Christian Tumi capture d'écran
Selon le prélat, il est préférable de donner la chance au fédéralisme.

Le 6 décembre 2020, le cameroun va abriter les toutes premières élections régionales de son histoire, 25 ans après l'entrée en vigueur de la constitution de 1996, qui prévoit leur mise en place.Il s'agit surtout d'une promesse issue du Grand dialogue national organisé en octobre 2019, dont le but avoué est daccorder davantage d'autonomie aux régions. Dimanche prochain, 14 formations politiques vont donc participer à ces échéances qui vont aboutir à l'élection des conseillers régionaux.

Alors que lesdites élections sont instamment présentées comme une nécessité absolue qui viendrait pallier, à l'image de la décentralisation, l'extrême centralisation du pouvoir, certains observateurs de la scène politique pensent qu'ils ne s'agit que d'un coup d'épée dans l'eau. Interrogé par nos confreres de RFI le 2 decembre 2020le  Cardinal Christian Tumi a affirmé qu'elles ne changeront pas la situation des régions anglophones en proie à une crise independantiste depuis 2016.

«Cela ne va pas automatiquement résoudre le problème, non. J’ai dit qu’il faut qu’il y ait une certaine autonomie du Nord-Ouest et Sud-Ouest comme c’était quand nous étions un pays fédéral. C’était une période dans notre pays où l'on n’a eu aucun problème», a-t-il déclaré.

Le prelat est convaincu que seul le fédéralisme pourrait apaiser les tensions et apporter une solution efficiente aux crises multiformes que traverse le Cameroun.

«Je me demande pourquoi ils ne sont pas allés directement vers une sorte de fédéralisme. Il faut que les Francophones s’enlèvent de la tête qu’un État fédéré est nécessairement un État divisé. Non, on peut avoir un fédéralisme et le pays reste parfaitement uni, parce que rien de moins que le fédéralisme ne va réussir à stabiliser le Cameroun».

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique