Cameroun - Epidémie de Coronavirus/Calixthe Beyala (écrivaine): «Le confinement partiel ou total risque d’avoir des effets désastreux pour le continent africain; les populations les plus démunies en seront les premières victimes»

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 23-Mar-2020 - 03h05   5189                      
21
Calixthe Beyala Archives
 L’écrivaine pense que les pays du continent doivent adapter la riposte contre le virus aux réalités sociales africaines.

Un temps épargnée par la pandémie, l’Afrique est désormais touchée de plein fouet par la propagation du COVID-19. Le nombre de malades et de morts est loin d’égaler celui de l’Europe ou de l’Asie, mais le continent dénombre tout de même plus de 500 cas confirmés de coronavirus répartis dans 30 pays, pour 23 morts, à en croire des données de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Face à la menace, les pays africains ont  organisé la riposte. Toutefois, cette dernière semble être quelque peu calquée sur les mesures mises en place dans les pays occidentaux pour limiter la propagation du virus. Notamment  en ce qui concerne le confinement.

Par rapport à cette mesure spécifique,  l’écrivaine camerounaise Calixthe Beyala, estime que l’on ne saurait imposer un confinement total ou partiel à des populations qui «vivent au jour le jour». Pour cette dernière, les mesures de lutte contre la propagation du coronavirus doivent être en accord avec les réalités sociales africaines.

«Le Coronavirus est une infection grave; la combattre est une nécessité absolue; en faire une obsession, est pure folie. En effet, l'Afrique devient folle à l'évocation de ce virus; il est là; il va nous décimer tous autant que nous sommes si nous n'y prenons garde, entend on çà et là... Il conviendrait de fermer nos frontières, ce que j'approuve; de mettre en quarantaine ceux qui sont dépistés positifs, j'approuve encore et applaudis des deux mains... de prévenir la maladie en se lavant les mains, oui, triple oui... D'éviter des attroupements de milliers de personnes pouvant favoriser la contamination, j'approuve encore... Mais lorsqu'il s'agit de fonctionner au mimétisme, de mettre en place des systèmes de confinement partiel ou total pour l'ensemble de la population, d'empêcher les déplacements des populations d'une ville à une autre, me voilà perplexe.... Car en mon sens, l'Afrique perd le nord; elle se débilise; elle se met en danger, car la plupart des Africains vivent au jour le jour. Ils n'ont pas les moyens de s'approvisionner en nourriture pour une petite semaine ! Ils n'ont pas de frigo, et pour la plupart, pas d'électricité pour pouvoir se payer ce luxe qui certainement diminuerait le nombre de nos morts», a-t-elle écrit sur Facebook ce dimanche 22 mars 2020.

 

Ci-dessous l’intégralité de sa déclaration

Le Coronavirus est une infection grave ; la combattre est une nécessité absolue ; en faire une obsession, est pure folie. En effet, l'Afrique devient folle à l'évocation de ce virus ; il est là ; il va nous décimer tous autant que nous sommes si nous n'y prenons garde, entend on çà et là... Il conviendrait de fermer nos frontières, ce que j'approuve ; de mettre en quarantaine ceux qui sont dépistés positifs, j'approuve encore et applaudis des deux mains... de prévenir la maladie en se lavant les mains, oui, triple oui... D'éviter des attroupements de milliers de personnes pouvant favoriser la contamination, j'approuve encore

... Mais lorsqu'il s'agit de fonctionner au mimétisme, de mettre en place des systèmes de confinement partiel ou total pour l'ensemble de la population, d'empêcher les déplacements des populations d'une ville à une autre, me voilà perplèxe.... Car en mon sens, l'Afrique perd le nord ; elle se débilise ; elle se met en danger, car la plupart des Africains vivent au jour le jour. Ils n'ont pas les moyens de s'approvisionner en nourriture pour une petite semaine ! Ils n'ont pas de frigo, et pour la plupart, pas d'électricité pour pouvoir se payer ce luxe qui certainement diminuerait le nombre de nos morts..

En réalité le confinement partiel ou total risque d'avoir des effets désastreux pour le continent africain ; les populations les plus démunies en seront les premières victimes ;  ils crèveront de faim ou du moins leur organisme fragilisé par la malnutrition les rendra fragile face au virus.

Les annonces faites çà et là du confinement partiel ou total provoquent d'ores et déjà la flambée des prix des matières de premières nécessités aux marchés, mettant en difficulté les franges de la population les plus vulnérables économiquement !

Le conoravirus tue, nous dit-on, particulièrement les vieux en Occident. Quelques questions attirent notre attention. Où sont les hospices et Maisons de retraite pour les vieux au Cameroun ? Quel est le pourcentage de la population âgée de plus 70 ans en Afrique ?

J'ai beau regardé autour de moi, je ne vois ni maison de retraite, ni hospice à l'horizon ! Il me semble fort que les populations africaines sont jeunes et le coronavirus tue dans les maisons des retraites en Occident !
Aussi chers leaders Africains, on n'est pas obligé de faire comme les autres lorsque nous n'en avons pas les moyens. Il convient de trouver pour l'Afrique des stratégies d'urgence qui répondent mieux aux besoins de nos peuples. Stop au mimétisme... Calixthe Beyala

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique