Cameroun - Gestion de Survie Cameroun/Dieudonné Essomba (économiste): «Il n’y a pas eu bug informatique… Il faut une enquête judiciaire»

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 16-May-2021 - 13h23   15483                      
68
Dieudonné Essomba archives
Le leader d’opinion se montre très critique vis-à-vis de l’opposant Maurice Kamto, initiateur de cette initiative.

La gestion de Survie Cameroun Survival Initiative (SCSI) faisait partie des thèmes de l’émission dominicale ‘‘Club d’Elites’’ du 16 mai 2021 sur les antennes de la chaîne privée Vision 4.

La télévision de Jean Pierre Amougou Belinga, dont l’aversion n’est plus à démontrer au sujet de l’opposant Maurice Kamto, a posé la question de savoir s’il faut envisager un audit judiciaire pour faire la lumière autour de cette initiative de collecte de fonds, lancée par M. Kamto en 2020 dans le cadre de la lutte contre le COVID-19, et sur laquelle pèse depuis quelques semaines des soupçons de malversations.

Consultant pour la compte de Vision 4, Dieudonné Essomba n’a pas mis les gants pour critiquer l’explication du ‘‘bug informatique’’, avancée par le leader du MRC (Mouvement pour la Renaissance du Cameroun) et ses auditeurs pour justifier un trou de plus de 215,6 millions de FCFA, constaté entre les montants affichés sur les plateformes de collecte d’argent et les sommes présentées par les responsables de SCSI.

«Il n’y a pas eu bug informatique. Un logiciel fait en Europe ne bug que quand c’est Kamto ?», a déclaré l’économiste avant d’ajouter: «Ce n’est pas un audit judiciaire qu’il faut c’est une enquête judiciaire qu’il faut mettre en place».

Le désormais conseiller du leader du PURS (Parti Uni pour la Rénovation Sociale) en a profité pour tancer, comme à son habitude, Maurice Kamto, l’indexant d’être à la tête d’«une rébellion avec un groupe d’individus ethniquement fanatisés».

La sortie de Dieudonné Essomba rejoint celle faite le 11 mai dernier sur les antennes de RFI (Radio France Internationale) par l’avocat Christian Timbane, parrain et caution morale de SCSI.

«J'ai proposé, pour clarifier les choses un audit judiciaire ou une sorte d'expertise judiciaire parce qu'il est fait par un auditeur désigné par un juge, sous le contrôle d'un juge, en toute indépendance, qui vont faire le travail en toute indépendance ou en toute neutralité. Jusqu'à présent on a eu des audits amiables qui n'ont pas tous les éléments forcément, puisque les personnes qui sont suspectées, si je peux le dire ainsi, ce sont elles qui ont produit les documents aux auditeurs», avait-il affirmé.

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique