Cameroun - Joshua Osih: «Le fait que ma mère soit Suisse ne fait pas de moi un Suisse parce que j’ai encore le droit de choisir la nationalité qui est la mienne»

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 28-Feb-2018 - 12h21   11093                      
12
Joshua Osih sur Canal 2 Capture d'ecran
Le candidat du SDF à la présidentielle 2018 affirme qu’il n’a pas la nationalité suisse, comme l’ont prétendu certains média à la suite de son élection lors du congrès du Social Democratic Front à Bamenda.

Interviewé par Radio France International mardi 27 février 2018, Joshua Osih est formel: «Je suis Camerounais. C’est une insulte qu’on fait à mon pays de croire qu’un député de la Nation aurait un autre passeport. Je suis Camerounais, j’ai un passeport camerounais. Le fait que ma mère soit Suisse ne fait pas de moi un Suisse parce que j’ai encore le droit de choisir la nationalité qui est la mienne».

Panique au sein du régime

«J’ai fait mon choix et le choix c’est le Cameroun. J’ai décidé d’être Camerounais, de rester Camerounais, j’aime profondément ce pays, j’y vis depuis toujours. Le simple fait que je vis au Cameroun, au lieu de vivre dans le pays d’origine de ma mère… Ma mère vit au Cameroun depuis 1966, cela fait donc plus de 50 ans. Donc le simple fait de vivre ici devrait déjà être indicatif à tous ceux qui veulent trouver des échappatoires, des micro-problèmes pour essayer de m’empêcher de représenter le peuple camerounais. J’ai un certificat de nationalité depuis toujours.

J’ai été élu deux fois sur la base de cette nationalité-là. Cela a été vérifié par 180 députés. Donc je n’ai absolument aucun problème là-dessus. Maintenant les Camerounais ne sont pas dupes. Puis ils auront le pouvoir de choisir celui qu’ils veulent. En tout cas, cela m’a permis de comprendre aussi que ma candidature fait problème au niveau du régime. Et je pense que nous nous réjouissons aujourd’hui que le régime ait besoin de distiller ce genre d’information parce que cela nous démontre qu’ils sont paniqués et qu’ils ont peur de ma candidature. C’est pour cela qu’ils doivent trouver des échappatoires pour essayer de me bloquer».

Faire mieux que Fru Ndi

Selon le député du SDF, «en 1992, il [Ni John Fru Ndi] a gagné l’élection présidentielle. Donc on essaie au moins de faire aussi bien que lui. En 1992, on nous a arraché notre victoire et je pense qu’aujourd’hui, nous travaillons sur ces scénarios-là pour tout faire pour que cela n’arrive pas une deuxième fois. Je pense que les Camerounais ont compris que c’est la dernière chance qu’on a pour sauvegarder notre unité nationale et la paix qui nous est si chère».

Et de conclure: «Ça fait 60 ans que les aînés dirigent ce pays et il est temps maintenant que ceux qui travaillent et paient des impôts, la jeunesse de ce pays, et qui peuvent porter des projets d’avenir, que ceux-là gouvernent ce pays».

Auteur:
Otric NGON
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique