Cameroun - Législatives et municipales 2020/Dieudonné Essomba (analyste): «Nous sommes en réalité sous le régime de parti unique… Même si ce n’est pas le sommet du RDPC qui donne le message de tricher les élections, mais partout, les élites locales ont tendance à tricher»

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 16-Feb-2020 - 14h14   5846                      
1
Dieudonné Essomba capture d'écran
L’économiste a fait son analyse du dernier double scrutin, au cours de l’émission ‘‘Club d’Elites’’ le 16 février 2020 sur la chaîne de télévision Vision 4.

L’actualité au Cameroun reste dominée par les élections législatives et municipales du 9 février 2020. Si l’on connait déjà les résultats des élections des conseillers municipaux, le verdict des urnes reste attendu en ce qui concerne le scrutin des députés à l’Assemblée Nationale.

En attendant, l’opinion se nourrit des analyses d’observateurs avertis, à l’instar de Dieudonné Essomba.

L’économiste a estimé ce 16 février à l’émission ‘‘Club d’Elites’’ sur Vision 4, que le gouvernement a une part de responsabilité importante au sujet de la faible participation des électeurs au vote. Selon lui, le gouvernement aurait dû profiter des élections pour présenter les enjeux de la décentralisation aux populations.

«Le gouvernement a commis une erreur stratégique. Normalement, ces élections auraient dû être un débat populaire sur la décentralisation, puisque la décentralisation a été adoptée plus ou moins par l’élite politique au Parlement. Elle n’a jamais fait vraiment l’objet d’un débat populaire. Le code de la décentralisation qui a été adopté alors que les élections étaient déjà lancées, aurait dû être le thème principal des partis politiques», a-t-il affirmé, soulignant également que les appels au boycott avaient eu leur impact.

Alors que les premières tendances projettent une écrasante victoire du RDPC, le parti présidentiel, M. Essomba a pointé des failles de la «démocratie» camerounaise.

«Même si on peut se féliciter du comportement des Camerounais dans ces élections, il n’en demeure pas moins que notre démocratie reste affectée par deux graves pathologies: La première, c’est l’hégémonie excessive du régime en place, du RDPC. Nous sommes en réalité sous le régime d’un parti unique. Ce réflexe de parti unique se manifeste partout. C’est pour cela qu’on ne fait pas les bonnes réformes… Nous avons une élite qui essaye de contrôler coûte que coûte le système. Même si ce n’est pas le sommet du RDPC qui donne le message de tricher les élections, mais partout, les élites locales ont tendance à tricher, partout! La deuxième faiblesse de notre démocratie, c’est le confirmant communautaire des partis… la dimension communautaire de nos partis est extrêmement forte», a analysé le consultant de Vision 4.

Fred BIHINA

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique