Cameroun - Littérature: L’anthropologue Paul Abouna publie un livre sur la consanguinité des camerounais

Par Wilfried ONDOA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 11-Jun-2020 - 10h24   2486                      
19
Pr Paul Abouna archives
Le livre est intitulé: «Peuples du Cameroun: anthropologie d’une fraternité méconnue». Il a été préfacé par le Pr. Bondje Edjenguele et postfacé par le Pr. Mathias Eric Owona Nguini.

En ces temps où l’unité nationale est menacée au Cameroun, il est opportun pour les intellectuels d’user de leurs armes pour désamorcer cette bombe. C’est dans ce sens que l’anthropologue, le Pr. Paul Abouna, dans un ouvrage qu’il a récemment publié, démontre la consanguinité des camerounais. Pour lui, «il n’existerait pas près de 300 ethnies dans notre pays, mais plutôt moins d’une cinquantaine», rapporte le quotidien national bilingue Cameroon Tribune dans sa parution du 10 juin 2020.

«La diaspora Fang (les Fang du Sud, les Fang de la Menchum dans le Nord-Ouest, les Befang de la Menchum, les Bifang de la Momo dans le Nord-Ouest, les Bafang de l’Ouest, etc.). Tout comme il n’est pas rare de constater que les cultures des zones dites anglophones par exemple portent les mêmes anthroponymes que celles des peuples de la forêt: Atanga, Ndi, Tabi, Abouna, Manga, Okiye, Inoni, Ngah, Akum, Ndongo…Les Tsinga de Yaoundé et les Fotsinga de l’Ouest sont un même peuple. Idem pour les Fong de Zoetele dans le Sud et les Pongo de Dibombari dans le Littoral, les Etoudi de Yaoundé et les Yetotan de Kum dans le Dja et Lobo, les Essele du pays Eton et les Ndogsen du pays Bassa, les Bassa d’Edéa et les Fo Ngo Ndeng de la Menoua, les Ndong de Nkolondom à Yaoundé Ier et des Ndong de Nkolandom dans le Sud… la systématisation de cette comptabilité réduirait substantiellement le nombre d’ethnies au Cameroun», argumente l’auteur.

Pour le maître de conférence, les camerounais auraient été séparés par les «Big-Bang migratoire du passé du Cameroun», lit-on

Le livre intitulé: «Peuples du Cameroun: anthropologie d’une fraternité méconnue», a été préfacé par le Pr. Bondje Edjenguele et postfacé par le Pr. Mathias Eric Owona Nguini.

D’après notre confrère, ce livre est une invite à «une identification des différentes diasporas nationales et à la définition de nouveaux codes sociaux. C’est aussi une exploration des problèmes qui minent l’interaction communautaire entre les grands groupes ethniques du pays».

Wilfried ONDOA

Auteur:
Wilfried ONDOA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique