Cameroun - Déclaration/Muriel Blanche (actrice et influenceuse): «J'ai vendu les caleçons à Douala»

Par Raksha B. YETNA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 13-Mar-2023 - 11h47   10889                      
4
Muriel Blanche Archives
La célèbre actrice camerounaise Muriel Blanche fait actuellement un média tour à Yaoundé pour présenter sa fondation « Cœur de femme ». Invitée à la CRTV, la télévision nationale, ce lundi 13 mars dans le cadre de l'émission Cameroon Feeling, elle révèle qu'elle n'a pas eu une enfance facile.

Avec son look de star, Muriel Blanche a répondu sans ambages aux questions posées par la présentatrice. Elle révèle avoir vendu au bar avec sa mère. « J'ai aussi vendu les caleçons à Douala pendant les vacances» affirme t-elle.

Sur les raisons qui l'ont poussées à créer sa fondation, l'actrice et influenceuse révèle que la  fondation « cœur de femme » a été créée en 2017 en la mémoire de sa défunte mère,décédée en 2014. Cette fondation vient en aide aux femmes célibataires qui vivent dans les zones rurales.

« C'est une idée de mes deux sœurs et moi, Ghislaine et Oscarine Blonde. Après le décès de  notre maman, ça a été un cataclysme, car elle s'est battue pour nous, elle s'est occupée de nous toute seule quand elle s'est séparée de notre père. Elle pouvait décider de partir, d'aller refaire sa vie ailleurs, mais elle s'est sacrifiée pour nous » rappelle Muriel Blanche.

Fort de cet acte de bravoure de sa mère, elle a fait le  constat selon lequel beaucoup de femmes  vivent ce genre de situation. De ce fait, sa fondation vient en aide à ces femmes là en les assistant. « Ma mère avait tellement d'énergies, de force pour pouvoir s'occuper de nous seule. On se levait à 5h du matin pour aller aux champs. J'ai vendu  les arachides, j'ai vendu les légumes au bord de la route où on attendait les voitures passer et puis on accourait pour leur proposer des légumes. À Bandja (région de l'Ouest, NDLR) j'ai vendu au bar avec ma mère. Donc,  j'ai eu une enfance plutôt joyeuse. Malgré tout ce qu'on faisait, moi je me disais qu'il fallait que je soutienne ma mère du mieux que je peux. Et moi ça m'a permis de me forger à la vie, de mieux me préparer pour affronter les réalités de la vie et je dis merci à ma mère » soutient celle qui est aujourd'hui l’idole de plusieurs générations de Camerounais.

 

 

Auteur:
Raksha B. YETNA
 @
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique