Guinée équatoriale: dialogue politique sans les principaux opposants

Par Agence France Presse | AFP
Malabo - 16-Jul-2018 - 18h35   1739                      
3
Le président de Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema, photographié le 29 mai 2015 à Abuja, au Nigeria. AFP/Archives/Pius Utomi EKPEI
Un "dialogue national" voulu par le président Teodoro Obiang Nguema s'est ouvert lundi en Guinée Equatoriale, en l'absence des principaux leaders de l'opposition et après l'annonce d'une amnisti

Un "dialogue national" voulu par le président Teodoro Obiang Nguema s'est ouvert lundi en Guinée Equatoriale, en l'absence des principaux leaders de l'opposition et après l'annonce d'une amnistie des prisonniers politiques restée jusque-là lettre morte.

Pour le président Obiang, au pouvoir depuis 1979, l'objectif annoncé était de "permettre une large participation de tous les acteurs politiques" pour "préserver la paix et le développement que le pays connaît actuellement".

Un meeting de partisans du président équato-guinéen Teodoro Obiang avant les dernières élections, le 22 avril 2016 (c) AFP/Archives/STR

"Ce dialogue ne doit pas seulement nous servir pour voir d'ou on vient, mais aussi de regarder vers où on va", a déclaré le président équato-guinéen à l'ouverture du dialogue.

M. Obiang s'était engagé à garantir "liberté" et "sécurité" à tous les participants à ce dialogue, auquel ont été conviés et seront présents, pour la première fois, la société civile, l'Eglise et la communauté internationale.

Mais lundi, aucun des militants incarcérés de Citoyens pour l'innovation (CI, principal parti d'opposition) qui devaient être libérés après l'annonce, au début du mois, d'une "amnistie totale" ne l'a été.

Quant aux poids lourds de l'opposition en exil, invités par M. Obiang, ils ne sont pas venus à Malabo.

"Devant ce panorama politique, nous n'attendons rien de ce dialogue", a confié lundi à l'AFP Gabriel Nse Obiang, leader CI.

CI a été dissous en février et une trentaine de ses membres sont emprisonnés depuis fin 2017. Le parti, qui n'a pas été invité au dialogue, parle déjà d'"échec".

Les dix-sept partis légalisés dans le pays ont, eux, confirmé leur présence.

A la surprise générale, le président Obiang avait décrété le 4 juillet "une amnistie totale" en faveur de tous les prisonniers politiques et de tous les opposants condamnés ou interdits d'activité.

L'amnistie était l'une des principales conditions posées par l'opposition de l'intérieur et de la diaspora pour prendre part à ce dialogue national. Mais lundi, les prisonniers politiques étaient toujours incarcérés.

En 2014, le pouvoir avait également annoncé une amnistie mais tous les prisonniers n'avaient pas été libérés, selon Amnesty International.

- "Tromperie" -

Les principales figures de l'opposition en exil, en particulier Severo Moto Nsa, conviées par le pouvoir sont restées à l'étranger, estimant que ce dialogue était une "opération d'image" pour le régime et de la "tromperie".

Selon un diplomate européen d'Afrique centrale, le dialogue lancé par le président Obiang est "un jeu de dupes, tout le monde le sait". "Pour un vrai dialogue (...), il faudrait des élections vraiment libres".

Les attentes à propos du dialogue, le 6e depuis 1979, sont néanmoins nombreuses dans ce pays dirigé d'une main de fer par le clan Obiang où les 1,2 million d'habitants vivent en grande majorité dans la pauvreté.

"Il faut qu'on commence un processus de transition qu'on n'a jamais fait, (...) que la Guinée équatoriale soit un Etat démocratique et de droit, que les Equato-Guinéens aient la capacité d'élire leurs dirigeants. Nous attendons que le pays change", a déclaré Andres Esono Ondo, secrétaire général du parti Convergence pour la démocratie sociale (CPDS, deuxieme parti d'opposition).

"La corruption doit finir, il faut qu'il y ait la justice, construire des institutions fortes (...) le respect des droits des autres", a déclaré à l'AFP Tomas Mba Monabangn, ancien candidat indépendant malheureux à la présidentielle de 2016.

Dans ce dialogue doivent être abordés "des sujets tels que la démocratie, les droits de l'homme", selon le ministre de l'Intérieur, Clemente Engonga Nguema Onguene.

Les ONG et la communauté internationale ne cessent de s'inquiéter du non-respect des droits de l'homme dans ce pays d'Afrique centrale, malgré les démentis des autorités.

L'opposition dénonce régulièrement les exactions dont sont victimes ses militants emprisonnés. CI a récemment dénoncé, pour la deuxième fois en 2018, le décès d'un de ses militants "des suites de tortures".

L'Espagne, l'ancienne puissance coloniale, avait alors fait part de "sa consternation". Le parti au pouvoir à Malabo, le Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE) avait crié à l'"ingérence" espagnole.



Par Samuel OBIANG | AFP

Auteur:
Agence France Presse
 @t_b_a
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique