Cameroun - Coup de gueule: L’écrivaine camerounaise Calixthe Beyala s’insurge contre les évacuations sanitaires coûteuses des gouvernants africains

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 27-Apr-2021 - 15h25   6287                      
14
L'écrivaine Calixte Beyala sur le plateau de Crtvweb Capture d'écran
La romancière a partagé son avis sur la question, sur le réseau social Facebook le 26 avril 2021.

Depuis des décennies, le Cameroun ainsi que plusieurs autres pays africains, sont le théâtre d’un paradoxe saisissant. Les gouvernants responsables de l’élaboration de la politique sanitaire préfèrent très souvent dépenser d’importantes sommes d’argent, provenant des caisses de l’État, pour aller se soigner en occident, plutôt que dans les formations hospitalières dont ils ont pensé la structuration. Cette attitude qui traduit non seulement un manque de confiance envers le personnel médical et la qualité du plateau technique local, constitue également un trou noir qui englouti des fonds qui auraient pu servir à l’amélioration du système de santé.

Décriée depuis des années, cette pratique est encore largement répandue au Cameroun. Les dernières évacuations sanitaires de l’ancien délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé, Gilbert Tsimi Evouna, et du président du Sénat, Marcel Niat Njifenji, en sont la preuve. Une situation qui horripile au plus haut point Calixthe Beyala. L’écrivaine l’a fait savoir dans un billet publié sur son mur Facebook le 26 avril 2021.

«Quelque chose me chiffonne dans cette Afrique qui semble marcher la tête à l’envers. Comment expliquer que les pays africains dépensent des sommes folles pour des évacuations sanitaires. Comment expliquer aux peuples qu’il serait plus facile de créer des structures médicales dignes de ce nom et qui profiteraient à tout le monde ? Qu’est-ce que cet égoïsme qui consiste en cela que certains puisent dans les caisses de l’État pour s’en aller se soigner en Occident tandis que les peuples croupissent dans les hôpitaux insalubres. Il est temps que ceux qui dirigent notre beau continent se montrent un peu responsables, car il est honteux que l’Afrique en ce XXIème siècle ne soit pas dotée d’infrastructures hospitalières capables de prendre en charge ses habitants. C’est une honte réellement. Une vraie grosse honte. Pour ma part, je pense qu’on devrait stopper ces évacuations sanitaires pour faire avancer la cause des peuple», a-t-elle déclaré.

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique