Afrique - Libre échange: L’Union Européenne veut élargir l’accord d’étape signé avec le Cameroun à la zone CEMAC

Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 27-Feb-2017 - 16h01   52270                      
2
Les Chefs d'Etat de La CEMAC (Yaounde, 23/12/2016) P.R.C.
Alors que les négociations sur un accord de partenariat économique (APE) entre les pays de la CEMAC et l’Union européenne semblaient définitivement enterrées à l’issue de la Conférence des Chefs d’État de la zone, le 17 février à Djibloho, en Guinée équatoriale, il est désormais question pour les autres pays de la CEMAC d’adhérer à l’accord signé avec le Cameroun.

C’est ce qu’affirme une source au sein de la commission de l’Union européenne jointe par Jeune Afrique L’accord Cameroun-UE est «à vocation régionale», indique cette source. Selon elle, «aucune nouvelle table-ronde n’a eu lieu depuis 2011, et qu’aucun progrès n’a été accompli depuis cette date».

C’est la raison pour laquelle la commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, et son homologue à la Coopération internationale et au Développement, Neven Mimica, ont adressé, en 2016, un courrier «à la CEMAC et aux pays concernés» pour leur proposer de reconnaître les lenteurs de la négociation et pour «envisager une nouvelle voie vers un accord de partenariat économique», apprend-on.

Cette nouvelle voie devrait commencer par «l’application de l’accord de libre-échange récemment entré en vigueur au Cameroun», seul pays d’Afrique centrale à avoir signé avec Bruxelles un accord pour conserver un accès au marché européen sans droits de douane ni quotas, en échange du démantèlement progressif des barrières tarifaires imposées aux importations de l’Union européenne.

En effet, rappelle Jeune Afrique, l’article 101 de l’accord Cameroun offre la possibilité à tout pays de la région d’y adhérer.

Par ailleurs, l’Union européenne appelle les pays de la CEMAC à poursuivre les discussions sur les bases des conclusions de la réunion du Comité ministériel des négociations de l’APE prévue à Douala ce vendredi 3 mars. Et appelle «les différentes parties prenantes à faire preuve de davantage de solidarité dans le traitement de cette question et dans la recherche de solutions qui préservent les intérêts de tous les États membres».

Auteur:
Otric NGON
 contact@cameroon-info.net
 @OtricNgonCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique