Cameroun - 60ème anniversaire de la mort de Ruben Um Nyobe - Joseph Antoine Bell: «Quand Paul Biya résiste à la sécession c’est aussi parce qu’il est «upéciste», pas «upéciste» aujourd’hui»

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 18-Sep-2018 - 15h14   10618                      
66
Joseph Antoine Bell Archives
L’ancien gardien de buts des Lions indomptables estime que le président camerounais a joué un rôle important dans la reconnaissance de l’action du «père de l’indépendance» du Cameroun.

Joseph Antoine Bell croit que Paul Biya est, comme Ruben Um Nyobe, un nationaliste qui a tout fait pour restaurer la mémoire et vulgariser l’œuvre du leader de l’UPC à l’origine de la lutte pour l’indépendance du Cameroun. Le footballeur international camerounais à la retraite l’a dit au cours de l’émission Club d’élites diffusée en direct sur la télévision Vision 4 le 16 septembre 2018. « Je voudrais quand même qu’on reconnaisse qu’aujourd’hui, on peut dire Um Nyobe parce qu’il y a un homme qui a écrit, qui a signé et qui a dit, qui a levé le tabou, c’est le président Paul Biya. Il faut s’en souvenir » a déclaré l’ex sportif soutenant que Paul Biya  a eu en 1985 l’idée de lever le tabou et devrait être celui qui va aller plus loin.

L’ancien champion d’Afrique soutient que le chef de l’Etat camerounais avait déjà eu à demander à ses jeunes compatriotes de s’inspirer de l’exemple des Um Nyobe, Moumié ou Ouandié. « Il l’a déjà fait en 2010 à la veille de la fête de la jeunesse où il a dit aux jeunes : « des jeunes comme vous se sont sacrifiés pour ce pays ». Il ne les avait pas cités mais il faudrait que vous vous rendiez compte d’où nous partons. Il faut toujours être relatif. C’est-à-dire que nous partons d’un pays colonisé puis mal décolonisé dans lequel on a coupé la gorge à tous les émancipés qui revendiquaient précisément l’indépendance et dans le cas de l’UPC, de Um Nyobe qui disait : « réunification avant l’indépendance ». Voilà pourquoi ces gens-là sont morts », indique-t-il.

Bell rappelle que Um Nyobe voulait que le Cameroun « retourne à ce que nous étions avant la guerre des autres et qu’ensuite on soit indépendants ». Il reproche aux intellectuels camerounais le fait de n’avoir pas compris ou relayé ce message de Paul Biya. « On nous a toujours dit qu’on nous a offert l’indépendance. Mais notre chef d’Etat est en train de nous dire qu’il y a eu du sacrifice. Pourquoi y a –t-il eu besoin de sacrifice. Il faut dire les choses comme elles sont. Le président qui est le produit de la décolonisation que nous dénonçons a eu le courage de jeter un tel pavé dans la mare sans que les intellectuels de ce pays ou les journalistes ne reprennent la balle au bond pour pouvoir aller plus loin. Le président doit se sentir soutenu lorsqu’il revisite l’histoire écrite par les autres ! », estime-t-il. Et d’ajouter que Paul Biya est celui qui aura totalement ouvert les yeux aux Camerounais. Selon lui « quand il résiste à la sécession c’est aussi parce qu’il est « upéciste » pas « upéciste » aujourd’hui ».

Bell pense que l’UPC est une philosophie transpartisane qui se met au-dessus des partis. Pour lui, quand le président veut que la peur disparaisse et que l’ignorance recule c’est de l’ « upécisme » d’antan pas celui d’aujourd’hui.   

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique