Cameroun - Bamenda: Un gendarme interpellé pour fabrication de faux diplômes aux candidats du concours de la gendarmerie

Par Frédéric NONOS | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 26-Aug-2017 - 16h12   5102                      
2
Des éléments de la gendarmerie nationale Liliane Ndangue
Ce dernier a été mis sous les verrous avec ses quatre complices, soupçonnés par ailleurs d’activités de promotion du mouvement sécessionniste SCNC.

Fin de supercherie pour un gendarme et ses quatre complices à Bamenda. Les infortunés dont les identités n’ont pas été déclinées, sont sous exploitation à la légion de gendarmerie du Nord-Ouest, avant d’être présentés dans les prochains jours chez le procureur. D’après la radio publique CRTV qui relaie l’information ce samedi, tout est parti de la détection d’un faux diplôme d’un candidat par les services de recrutement. Selon le colonel Valère Nkoa Mala, commandant de la légion de gendarmerie du Nord-Ouest, ce candidat a été mis en exploitation et c’est au terme de celle-ci que nous avons découvert qu’il était en relation avec un gendarme que nous avons interpellé.

Le colonel Nkoa Mala explique que l’exploitation du gendarme a ensuite conduit dans la région du Sud-Ouest, où ses quatre complices ont à leur tour été interpellés. Ces derniers utilisaient pour leur sale besogne, les technologies de l’information et de la communication. Au moment de leur interpellation, apprend-on, ils avaient en leur possession des ordinateurs de bureau (Desktop), dont l’exploitation des disques durs a révélé les activités de promotion du mouvement sécessionniste du Southern Cameroon national council (SCNC) et autres usages de faux en écriture.

En effet, explique le commandant de la légion de gendarmerie du Nord-Ouest, ces malfaiteurs profitaient de la période des concours administratifs pour récupérer l’argent auprès des candidats en disant qu’ils leur faciliteront les procédures auprès de certaines administrations. Ensuite, poursuit-il, ils font donc un vrai faux en imitant les signatures et les cachets visiblement normaux à première vue, alors qu’il s’agit d’une véritable arnaque. Mais les infortunés ont nié en bloc toutes ces accusations pour les activités qu’ils pratiqueraient, selon les sources sécuritaires, depuis quatre ans.

 

 

Auteur:
Frédéric NONOS
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_a
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Username:
Register   -   Forgot password
Password:
Dans la même Rubrique