Cameroun – Colère: Samuel Eto’o Fils s’en prend à Roger Milla et Ambroise Oyongo Bitolo

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 14-Sep-2019 - 17h23   27759                      
35
Samuel Eto'o Archives
Le frais retraité du football réagit aux accusations et critiques portées par les deux hommes.

Dans l’interview radiotélévisée au cours de laquelle il a annoncé sa retraite, Samuel Eto’o Fils a répondu à quelques-uns de ses détracteurs. Il a notamment visé l’ancien footballeur international camerounais Roger Milla et le Lion indomptable toujours en activité Ambroise Oyongo Bitolo. 

Face au journaliste camerounais Alain Foka, Samuel Eto’o s’en est pris à ceux qui le pointent du doigt en ces termes : « une fois j’ai un parent qui a parlé d’ingérence toujours à cette coupe d’Afrique. Je ne suis pas responsable si vos patrons ne vous donnent pas  l’information. Moi je ne demande pas à être à l’équipe nationale. On ne me paye pas pour être à côté de l’équipe nationale. J’adore le football ».

Samuel Eto’o revendique le droit de parler du football au Cameroun à l’instar du Français Zinedine Zidane. « Au Cameroun c’est quand même incroyable. Il y a des grands joueurs partout. Est-ce qu’on conteste Zidane en France ?  Si Zidane donne son opinion on sait que Zidane a donné son opinion dans ce qu’il sait faire ! Pourquoi au Cameroun les médiocres se permettent de critiquer ceux qui sont brillants. ? C’est ce qui n’est pas normal au Cameroun. Certaines personnes qui ne reconnaissent pas leur place veulent s’attribuer d’autres places. C’est ça qui pose problème au Cameroun. Il faut qu’on accepte ! On ne dit pas qu’ils ne doivent pas donner leur opinion », proteste l’ancien capitaine des Lions indomptables du Cameroun.  

Quand on lui demande s’il pense à Roger Milla il répond : « non ils sont nombreux ». Mais rappelle aussitôt combien il aime Roger Milla. Et c’est pour cela qu’il a « pardonné et continue à pardonner beaucoup de choses » à la seule idole qu’il a « réellement » porté dans son cœur. « Nos parents ne comprennent pas que je suis aussi parent. Ils me voient éternellement comme un enfant. C’est ça le problème. Ils ne comprennent pas que nous avons grandi. C’est ça Alain ! J’ai grandi ! Je suis considéré comme un joueur unique. Je suis un joueur unique ! Il faut qu’on me donne ma place ! Si mes parents pour une raison ou pour une autre refusent de me donner ma place c’est leur problème ! Parce que moi, je reconnais ma place. Vous n’allez pas changer que je suis le meilleur en Afrique », défend la star du football.

Il n’épargne pas le défenseur des Lions indomptables Ambroise Oyongo Bitolo coupable de l’avoir égratigné il y a quelques semaines dans les colonnes du journal Le Messager. « Il n’y a qu’au Cameroun où un jeune qui n’a même pas encore commencé, qui joue je ne sais pas où en France qui se permet de parler à un Samuel Eto’o comme si on était des camarades ! Ce n’est pas possible ! Mais reste à ta place ! Mène ta petite carrière ! » Eto’o dit que c’est une des conséquences du désordre dans la tanière. Un dit désordre entretenu, accuse-t-il, par « des gens qui gagnent économiquement derrière ».

Eto’ assure que certains lui en veulent parce qu’ils n’ont pas été convoqués en sélection, mais que cela ne l’émeut guère. Il dit avoir eu des informations sur des rapports que certains joueurs ont fait en l’accusant. « Mais ces mêmes joueurs m’ont appelé, m’ont envoyé des messages pour que j’intervienne pour certains joueurs », riposte-t-il.

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique