Cameroun - Cour Suprême: Rentrée solennelle ce jour !

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 25-Feb-2021 - 10h12   3049                      
4
Daniel Mekobe Sone, premier président de la Cour suprême Cameroon Tribune
La cérémonie a pour cadre la salle d’audience d’apparat de la plus haute juridiction du pays.

La Cour Suprême, la plus haute juridiction en matière judiciaire, administrative et de jugement des comptes du Cameroun, effectue sa rentrée ce jeudi 25 février 2021. La cérémonie solennelle de rentrée est prévue dans la salle d’audience d’apparat de la juridiction. Attendus à cette cérémonie, les différents corps constitués nationaux, les membres du corps diplomatique et ceux de la grande famille judiciaire.

Deux grandes articulations sont prévues: Les réquisitions du procureur général près la Cour Suprême, Luc Ndjodo, et le discours du premier président de la haute juridiction, Daniel Mekobe Sone.

Lors de la dernières rentrée solennelle, le 20 février 2020, les réquisitions du procureur général près la Cour Suprême avaient porté sur le respect du Nouveau Code de procédure pénale en ses articles 218 à 221 (sur l’arrestation et la détention provisoire). Luc Ndjodo avait notamment rappelé aux magistrats qu’il s’agit d’une mesure exceptionnelle engagée en cas de délits ou de crimes.

«La détention  provisoire est une mesure privative de liberté ordonnée soit: par le ministère public (en cas de délit ou crime flagrant), par le juge d’instruction ou  la juridiction de jugement et qui permet de détenir dans une prison un inculpé, un prévenu ou un accusé. Selon l’article 221 du Code de procédure pénale, la durée normale d’une détention ne peut excéder 6 mois. De manière exceptionnelle, elle peut aller jusqu’à 18 mois pour les cas de crime, et 12 mois pour le délit».

Et pourtant, des cas d’abus de détention sontrégulièrement  constatés au Cameroun, foulant aux pieds les libertés individuelles des justiciables, avait regretté le procureur général près la Cour Suprême.

L’allocution du premier président de la Cour Suprême était axée sur le thème: «Les enjeux de la protection pénale des instruments de paiement et du crédit sur le climat des affaires au Cameroun». «Le Cameroun ne peut véritablement se développer que si notre économie prend son envol. L’éclosion des activités économiques est un prélude au développement», avait alors souligné Daniel Mekobe Sone.

 

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique