Cameroun – Crise anglophone/Cardinal Christian Tumi : « Il ne faut pas que les gens croient que eux qui sont au pouvoir aiment le pays plus que nous autres »

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 23-Jan-2021 - 14h59   18096                      
24
Cardinal Tumi Capture d'ecran
La CRTV a diffusé dans la soirée du vendredi 22 Janvier 2021 sur ses deux principales antennes TV, le long entretien que lui a accordé l’archevêque émérite. Le prélat à la retraite est revenu sur son enlèvement en Novembre par des miliciens sécessionnistes et a parlé des possibilités de sortir de la guerre qui depuis près de 4 ans embrase les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

« J’ai rencontré…Le Cardinal Christian Tumi ». Ainsi s’intitule l’émission de la CRTV-Télé qui a donné la parole à l’ancien archevêque pendant près d’une heure le 22 Janvier 2021. Le prélat a raconté sa capture. Il a narré l’éprouvant voyage à moto que lui ont imposé ses ravisseurs sur une distance de 40 kilomètres. Il rapporte qu’il a été séparé du fon de Kumbo et son entourage emmenés vers un endroit qu’il ne connaissait pas. L’homme de Dieu a décrit l’embarras de ses geôliers. « Ils ne savaient pas que faire avec moi ». Il décrit des ravisseurs étonnés de savoir qu’on parlait de lui partout.

Christian Tumi raconte qu’il a  dormi sur un semblant de matelas attendant le lever du jour. Une journée qui s’annonce sous de bons auspices. « Quand le soleil se lève, les garçons, me disent : « nous allons vous libérer vous et votre chauffeur. Mais nous ne pouvons pas sortit d’ici comme nous étions venus ». Ils craignaient de se confronter à l’armée ». Il confie n’avoir rien mangé depuis son arrestation jusqu’à sa libération à 10 heures

Christian Tumi a raconté qu’il avait été assailli comme jamais auparavant dans sa vie par les moustiques.  « Je n’ai jamais passé une nuit dans une telle situation ». Après sa libération, sera interné deux jours dans un hôpital de Kumbo la ville qu’il n’a accepté de quitter qu’après avoir appris la libération du fon de Kumbo.

Le prélat révèle qu’il s’est entretenu avec ses ravisseurs et leur a dit qu’il n’était pas d’accord avec le fait qu’ils interdisent l’ouverture des écoles. Il affirme aussi qu’un des chefs de groupe armé opérant dans son village lui a confié que la majorité des combattants sont des Nigérians, avec un seul Camerounais.  Il se veut cependant optimiste. « Quelle que soit la situation aujourd’hui, chaque fois que je vais là-bas je constate qu’il y a un progrès. Je demande aux évêques qui sont là-bas si la situation qui prévaut là-bas est la même qu’hier, ils disent : « non, il y a un changement en bien », rapporte-t-il.

Tumi pense que ceux qui critiquent le Grand Dialogue National organisé en 2019 à Yaoundé  sont ceux qui n’y ont pas pris part. Il soutient que là-bas « tout le monde disait ce qu’il pensait ». Pour lui, « le chef de l’Etat était assez ouvert pour cette affaire-là ».

« Sortez de la brousse », crie-t-il aux combattants séparatistes, déplorant le fait qu’« ils vivent comme des animaux ». Le Cardinal explique qu’il n’a pas pu manger le riz qui lui a été servi. Parce que l’eau avec laquelle ils l’ont cuit était de mauvaise qualité.  

Christian Tumi dit que l’élite du Nord-Ouest a démissionné face à la crise.  « Elle critique la situation mais n’ose pas proposer les solutions bonnes et radicales que l’Etat doit prendre », déplore l’homme qui aura 91 ans cette année. Il n’est « pas prêt à retourner » dans son village.  Christian Tumi appelle les actuels dirigeants du Cameroun à revoir leur attitude. « Il ne faut pas que les gens croient que eux qui sont au pouvoir aiment le pays plus que nous autres », dit-il.  

Ci-dessous l'intégraité de l'interview  que Christian Tumi a accordé à a CRTV

 

 

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique