Cameroun - Dénonciation: Edith Kah Walla, présidente du CPP, accuse le gouvernement d’intimidation et d’enlèvement des membres de Stand Up For Cameroon

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 19-Sep-2020 - 11h09   5618                      
13
Les membres de Stand up for Cameroon au siège du CPP A Douala Stand up for Cameroon.
Durant une partie de la journée du vendredi 18 septembre 2020, les forces de l’ordre ont assiégé le siège du parti CPP à Yaoundé alors qu’à Douala, les membres du mouvement «Stand up for Cameroon», ont été arrêtés et emmenés vers une destination inconnue.

Avec à sa tête Edith Kah Walla, «Stand up for Cameroun», est un regroupement de plusieurs organisations politiques et sociales. Il s’est officiellement rangé depuis le 13 septembre 2020, du côté de Maurice Kamto, président du MRC, dans le cadre des manifestations que ce dernier organise à partir du 22 septembre 2020 pour chasser du pouvoir Paul Biya, président de la République du Cameroun depuis 38 ans.

A l’approche de la date du 22 septembre, les autorités ne lésinent pas sur les moyens pour empêcher la tenue des réunions et manifestations publiques de l’opposition. C’est dans ce climat politique tendu que les traditionnelles réunions du vendredi des membres de Stand up for Cameroon, au siège du CPP à Douala et à Yaoundé, ont été marquées par des faits peu ordinaires.

«Des membres de Stand Up For Cameroon qui avaient quitté une réunion «Friday In Black» tenue au siège du Cameroon People’s Party (CPP) ont été enlevés par ce qui semble être la Gendarmerie du Cameroun. À peu près au même moment, le siège du CPP à Yaoundé était entouré de plus de 30 policiers, gendarmes et agents des services secrets ainsi que le Sous-Préfet de Yaoundé 5», a déclaré Edith Kah Walla.

«Cette énième violation de la loi et énième tentative d'intimidation des membres de Stand Up For Cameroon par le régime Biya en est une de trop. Les arrestations illégales, les brimades et autres formes d'intimidation n'empêcheront pas les membres de Stand Up For Cameroon d'exprimer leurs opinions politiques; de s'organiser et d’agir pour la Transition Politique au Cameroun», a réaffirmé le leader du Cpp et de Stand up for Cameroun.

 

Le Communiqué publié ce 18 septembre 2020 par Edith Kah Walla

 *Intimidation et enlèvement de membres de Stand Up For Cameroon par le gouvernement du Cameroun*

Ce vendredi 18 septembre 2020 vers 20h00, des membres de Stand Up For Cameroon qui avaient quitté une réunion «Friday In Black» tenue au siège du Cameroon People’s Party (CPP) ont été enlevés par ce qui semble être la Gendarmerie du Cameroun.

A l'heure actuelle, il semblerait qu'au moins 5 membres de Stand Up For Cameroon sont détenus à la Légion de la Gendarmerie à Douala.

Nous n'avons pas de liste de noms pour le moment car ils ont été enlevés (aucune procédure légale n'a été suivie) dans la rue après avoir quitté le siège du CPP. On nous informe que Moussa et 4 autres personnes ont été arrêtées.

Thierry Njifen, secrétaire général adjoint du CPP et conseiller juridique s'est vu refuser l'accès aux personnes arrêtées à son arrivée à la légion de gendarmerie vers 21h30.

À peu près au même moment, le siège du CPP à Yaoundé était entouré de plus de 30 policiers, gendarmes et agents des services secrets ainsi que le Sous-Préfet de Yaoundé 5. Il a affirmé que nous tenions une réunion publique sans déclaration. Nous l'avons informé que nous tenions notre réunion hebdomadaire et régulière de «Friday In Black» dont la participation est limitée à nos membres. 

Après une impasse d'environ une heure, nous avons été informés que nous étions libres de partir. Tous les membres de Yaoundé sont rentrés chez eux sains et saufs.

Cette énième violation de la loi et énième tentative d'intimidation des membres de Stand Up For Cameroon par le régime Biya en est une de trop. Cela a été bien établi. Les arrestations illégales, les brimades et autres formes d'intimidation n'empêcheront pas les membres de Stand Up For Cameroon d'exprimer leurs opinions politiques ; de s'organiser et d’agir pour la Transition Politique au Cameroun.

Le gouvernement du Cameroun devrait avoir honte de lui-même. Nous ne serons pas intimidés. Nous continuerons de lutter pour un Cameroun juste ; où l'état de droit est respecté. 

Vous venez de renforcer notre détermination.

Hier, Aujourd'hui, Demain. Nous serons debout pour le Cameroun

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique