Cameroun - Election présidentielle 2018 - Joshua Osih: "Les opposants qui ne seront pas derrière nous pour gagner en octobre, vont demeurer dans l’opposition après l’élection présidentielle"

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 01-May-2018 - 15h24   13724                      
69
Joshua Osih en meeting a Mbouda (04/2018) SDF
Devant une foule de militants et sympathisants rassemblés hier lundi 30 avril 2018 à la place des fêtes de au centre-ville de Mbouda, le SDF a fait d’une pierre deux coups : présenter son candidat pour la prochaine élection présidentielle et appeler les camerounais en âge de voter d’aller s’inscrire massivement sur les listes électorales.

A Mbouda, ville frondeuse de la Région de l’Ouest et ancien bastion de l’opposition, le RDPC, parti politique au pouvoir a réalisé un score de 100% lors des récentes élections sénatoriales du 25 mars 2018. Dans l’espoir de reprendre le contrôle du département des Bamboutos qui a pour chef-lieu Mbouda, le SDF, parti politique leader de l’opposition, y est allé pour inaugurer une tournée de présentation de son candidat pour l’élection présidentielle 2018.

Devant une foule de militants et sympathisants rassemblés hier lundi 30 avril 2018 au centre-ville de Mbouda, le SDF a fait d’une pierre deux coups : présenter son candidat pour la prochaine élection présidentielle et appeler les camerounais en âge de voter d’aller s’inscrire sur les listes électorales.

Les orateurs Ni John Fru Ndi, Joshu Osih et Jean Tsomelou respectivement Chairman, 1er vice-président et Secrétaire général du SDF ont saisi cette occasion pour dresser un bilan négatif des 36 ans du régime Biya, avant d’inviter l’auditoire à œuvrer pour le changement du régime en se rendant d’abord massivement chez ELECAM pour s’inscrire sur les listes électorales.

« Pour gagner en octobre 2018, nous devons amener tous ceux qui ne sont pas inscrits, à aller s’inscrire sur les listes électorales. Il n’y a pas d’autres magies. Nous sommes nombreux, trop nombreux qui ne sont pas inscrits au niveau d’Elecam. S’il vous plait allez-vous inscrire parce que le changement n’est pas une chose qui vient pour une seule personne. Le changement arrivera pour nous tous. Nous sommes décidés d’apporter ce changement » a déclaré Joshua Oshi, avant d’enchainer en expliquant pourquoi son parti estime qu’il est temps de « chasser » le régime Biya du pourvoir.

« Le changement est nécessaire parce que la jeunesse camerounaise souffre. Et il est temps de mettre fin à cela. Il n’est pas normal qu’un jeune de Mbouda qui va faire son champ par exemple, se retrouver en train de pousser sa moto quand il pleut pour arriver en ville faute de route pratiquable ; il n’est pas normal que quand l’essence coûte 200 FCFA à la SONARA, on nous taxe cela ici à la pompe à  650 FCFA ; il est grand temps pour qu’on commence à comprendre qu’avec un salaire minimum 36 mille FCFA, on ne peut pas vivre ; il est grand temps qu’ on commence à donner des salaires décents au camerounais ; Nous ne voulons plus être dirigés par des gens qui font la guerre à leur propre peuple. L e probleme anglophone n’est à Bamenda, non plus à Santa, ni à Kumba, le problème est à Etoudi et on veut mettre fin à cela. Il faut absolument aller voter et pour voter il faut être inscrit » précise Joshua Oshi.

A la suite de Ni John Fru Ndi qui venait de le présenter sous une forte ovation comme son digne successeur dans la source à la présidentielle, Joshua Oshi a déclaré qu’il est le candidat idéal, seul capable de faire gagner toute l’opposition camerounaise à la prochaine présentielle.

« En 1992, le président national Ni John Fru Ndi a gagné les élections présentielles. Il y avait des traitres dans ce qu’ils appelaient à l’époque l’opposition. Il y avait d’autres candidats comme les Belo. Donc, il ne faut pas qu’on vienne vous tromper que pour gagner les élections, il faut un candidat unique de l’opposition.  Vous savez pourquoi, parce que l’opposition camerounaise, c’est celle qui est devant vous aujourd’hui. Et cette opposition-là a un seul candidat, c’est celui qui vous parle. Si d’autres veuillent nous accompagner au pouvoir, ils sont les bienvenus, nos portes seront grandes ouvertes. Ceux qui ne veillent pas nous accompagner seront dans l’autre opposition dès novembre, après l’élection d’octobre 2018. Nous allons à cette élection pour la gagner. Et nous allons la gagner avec tous ceux qui vont nous accompagner. En 92 on a gagné, en 2018 on va gagner pour libérer ce pays ensemble. Ce pays est au bord du précipice et il a besoin d’être libéré. Cette bataille sera rude. Sans être inscrit, vous ne pouvez faire ce choix et le choix qu’on doit faire est évident. Merci d’être ceux qui vont pousser les gens à l’inscription » a insisté Joshua Oshi, élu pour la première fois en février dernier lors du congrès du SDF à Bamenda, candidat du Social democratic front à l’élection présidentielle d’octobre 2018.

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique