Cameroun - Football/Pierre Semengue (président de la LFPC): «Je n’ai jamais voulu agir comme un militaire…que tout soit rétabli en bonne et due forme»

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 15-Sep-2020 - 08h36   4324                      
10
General Pierre Semengue Archives
Le patron de la Ligue de Football Professionnel du Cameroun croit qu’il est resté légaliste jusqu’au bout de la procédure ayant abouti à la réhabilitation de sa structure, et se montre ouvert aux discussions avec la Fédération Camerounaise de Football, afin de restaurer les prérogatives qui lui sont dues.

Le président de la Ligue de Football Professionnel du Cameroun (LFPC), Pierre Semengue, a réagi, dans une interview dans les colonnes du quotidien Le Jour de ce mardi 15 septembre 2020, à la réhabilitation de sa structure le lundi 14 septembre 2020 par le Tribunal Arbitral du Sport (TAS), dans l’affaire qui l’opposait à la Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT).

Il laisse entendre qu’il s’est voulu légaliste jusqu’au bout de cette procédure, alors que de nombreux observateurs pensaient qu’il allait se prémunir de sa casquette de militaire pour opérer un coup de force. «J’avais promis lors d’une conférence de presse que j’irai jusqu’au bout. Les gens pensaient que j’allais agir comme un militaire. Je n’ai pas voulu agir comme un militaire, encore qu’un militaire doit rester dans la légalité. Donc j’ai voulu suivre les lois et les règlements, jusqu’au tribunal suprême, en matière de Sport», se gargarise-t-il.

Pierre Semengue attend désormais de la fédération qu’elle restaure les prérogatives dues à la LFPC, en commençant par l’annulation de tous les actes pris depuis le 18 octobre 2019 par le Comité technique transitoire de l’instance nationale du football. 

«Je voudrais que la FECAFOOT prenne acte des décisions prises et que tout soit rétabli en bonne et due forme. Et qu’elle annule tout ce qui avait été fait à cet effet à savoir, la mise en place d’un Comité technique transitoire», ajoute le patron de la LFPC. Cependant, il se montre conciliant et se dit ouvert aux discussions avec la Fédération, ce d’autant plus que la sentence du TAS traduit implicitement une saison blanche au Cameroun depuis 2018, et dont l’annulation des compétitions organisées depuis lors par la FECAFOOT.

«Il faudrait même que je dispute avec la FECAFOOT, parce qu’ils ont suspendu la ligue, y compris les clubs. Ça veut dire que les clubs étaient suspendus. Comment a-t-on alors organisé un championnat avec les clubs suspendus ? Voilà une autre chose. Donc je voudrais vraiment qu’on s’asseye avec la FECAFOOT pour régler le problème, sans faire beaucoup de bruits. Ils ont perdu, ils ont perdu. Quand on perd un procès, on le perd dignement. Je suis prêt à relancer la saison. Il faudrait tout simplement que toute l’organisation soit très rapidement, mise sur pied», conclut-il.

Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique