Cameroun - Honoré Yossi, président de la Fédération de Cyclisme: "Le Cameroun risque d'être suspendu des prochaines compétitions internationales"

Par Lore E. SOUHE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 12-Mar-2018 - 12h18   3490                      
4
Honore Yossi, president FECACYCLISME J M Nkoussa
Il est plus que certain que la décision du ministre des Sports d'annuler cette compétition à la veille de son lancement aura des répercussions.

Vendredi 9 mars 2018, le ministre des Sports et de l’Education Physique, Pierre Ismaël Bidoung Kwpatt a suspendu le Tour Cycliste International édition 2018, à la veille du début de la compétition. Au MINSEP, on évoque «l’absence de financements» pour justifier cette annulation. Certaines sources parlent de 400 millions de FCFA pour justifier cette annulation. «Tard dans la nuit du 8 mars 2018, au cours d’un échange téléphonique entre les deux personnalités, le MINSEP informe le président de la fédération de ce qu’il y a des difficultés à avoir l’argent et que dans l’incapacité de préfinancer le tour à hauteur de 350 à 400 millions FCFA pour être remboursé plus tard comme il le demandait au président que le Minsep a annulé le Tour », rapportent des sources.

Très déçu, le président de la Fecacyclisme craint que cette décision du MINSEP n’ait des répercussions, telle que la suspension aux compétitions internationales, indique le Bihebdomadaire Repères du lundi 12 mars 2018. « Je vous garantis qu’il y aura beaucoup de sanctions. La première d’entre elles est la suspension des coureurs Camerounais de toutes les prochaines compétitions internationales », affirme Honoré Yossi. Dans la même veine, certaines sources au sein de la fédération de cyclisme renchérissent en disant que « le prochain tour cycliste international Chantal Biya sera également frappé de sanction par l’Union cycliste Internationale (UCI) ».

Jusqu’ici, les responsables de la FECA Cyclisme ne comprennent toujours pas pourquoi lae Gpuvernement a choisi la veille du début de la compétition pour l’annuler, bien qu’étant au courant de la préparation de celle-ci, depuis des mois, peut-on lire dans le journal. Le pire est que « le ministre est au courant de la présence depuis quelques jours des officiels des équipes du Congo, de l’Algérie ou encore du Rwanda en terre camerounaise », poursuivent des responsables, qui ne décolèrent toujours pas. D’autant plus qu’une annulation faite à temps, aurait empêché aux délégations des dépenses et tracasseries inutiles.

Auteur:
Lore E. SOUHE
 @loresouheCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique