Cameroun - Justice: Un capitaine de l’armée trainé devant la barre à Bertoua (Est)

Par Liliane J. NDANGUE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 07-Nov-2016 - 09h31   44859                      
0
Militaires camerounais Archives
Le mis en cause a brutalement expulsé de son siège l’association Bacy Judo Club, selon des sources.

À Bertoua, dans la Région de l’Est, le capitaine Joseph Bikono est traîné en justice par l’association Bacy Judo Club. Selon des sources, en date du 2 mars dernier, il aurait usé de son titre et de sa qualité pour détruire les portes et saccager l’ensemble du matériel de sport et enlever la plaque murale de l’association agréée par le Ministère des Sports et de l’Éducation physique (MINSEP). «Il a également transporté les effets et meubles dans l’enceinte de la Semil [Sécurité militaire] de l’Est à Bertoua pour les jeter au sol», précisent les sources sur place.

Le 15 avril 2016, une requête a donc été adressée au Ministre délégué à la Présidence en charge de la défense. Cette requête indique que «le capitaine a agi avec l’aide de plusieurs militaires». Le Quotidien Émergence édition du 3 novembre 2016 qui relaie cette information raconte à propos que «les audiences avaient démarré le 24 juin avant d’être reportées le 26 août dernier. Puis l’affaire a été renvoyée le 26 novembre prochain pour identification du prévenu et production de l’original de la citation directe. Entre temps deux des mis en cause sont en exploitation actuellement par la légion de gendarmerie».

Cependant la Sémil de l’Est a requis une enquête du Ministère de la Défense (MINDEF) pour voir plus clair dans cette situation. Pour Baba Cyrille, président de l’association suscitée qui a pour conseil Me Louis Tenzang, «il s’est révélé que le local en question a été construit par le capitaine Bikono Joseph sur le terrain militaire au quartier Tindamba alors qu’il était chef d’antenne Sémil/Est». Des insdicrétions soulignent même que le conflit entre les deux parties nait du fait que «contre toute attente le locataire Baba Cyril est surpris de recevoir une notification en date du 26 novembre 2015 par laquelle Joseph Bikono, en violation de la loi et de leur contrat commun, requiert la résiliation du bail».

Pourtant le plaignant précise qu’il procède régulièrement au paiement de son bail.

Auteur:
Liliane J. NDANGUE
 contact@cameroon-info.net
 @ljndangueCIN
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Username:
Register   -   Forgot password
Password:
Dans la même Rubrique