Cameroun: Le Tchadien Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union Africaine se dit profondément préoccupé par la détérioration de la sécurité dans les Régions anglophones.

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 07-Oct-2017 - 12h04   3889                      
3
Moussa Faki Mahamat, UA Archives
 Le successeur de la Sud-africaine Nkosazama Dlamini-Zuma appelle le gouvernement central et les séparatistes à faire preuve de retenue et à s’abstenir d’autres actes de violence.

L’Union africaine n’est pas restée indifférente aux affrontements meurtriers du 1er octobre 2017 dans les régions anglophones (Sud-Ouest et Nord-Ouest) entre les forces de l’ordre déployées par le gouvernement central et les séparatistes qui luttent pour l’indépendance de la partie occidentale du Cameroun.

Dans un communiqué presse publié hier vendredi 06 octobre 2017, l'Union africaine appelle à la retenue et au dialogue pour résoudre la situation dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du Cameroun.

« Le président de la Commission de l'Union africaine, H.E. Moussa Faki Mahamat, est profondément préoccupé par la détérioration de la sécurité dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun. Le Président exprime ses condoléances à toutes les personnes et familles concernées et appelle toutes les parties prenantes à faire preuve de retenue dans leurs déclarations et à s'abstenir d'autres actes de violence. Le président de la Commission réitère l'engagement de l'Union africaine à soutenir les efforts du gouvernement et du peuple du Cameroun pour un règlement pacifique de la crise grâce à un dialogue inclusif et significatif et à la réconciliation nationale. Le Président de la Commission réaffirme l'engagement de l'Union africaine à promouvoir la paix et la stabilité au Cameroun, conformément à ses instruments pertinents qui consacrent le principe de l'intangibilité des frontières africaines telles qu'elles existaient independance et d'autres instruments pertinents de l'UA» peut-on lire dans le communiqué de l’organisation des nations sur le continent noir.

Les affrontements du 1er octobre ont tué au moins dix personnes selon le gouvernement. Un bilan très loin de celui de certaines organisations de défense des droits humains qui ont avancé le chiffre d’au moins cent morts.

Auteur:
Adeline ATANGANA
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique