Cameroun - Médias/Calixthe Beyala après son passage à «L’Arène»: «Je sais être un peu plus sauvageonne»

Par Wiliam TCHANGO | Cameroon-Info.Net
DOUALA - 20-Feb-2017 - 14h00   52804                      
30
Calixte Beyala Archives
Invitée de ce programme culte de Canal 2 International le dimanche 19 février 2017, la romancière camerounaise s’est livrée à une joute verbale éreintante avec ses intervieweurs. Incapable de supporter la pression, elle a décidé de quitter le studio avant la fin du programme.

L’émission «l’Arène», un programme culte de la chaine de télévision camerounaise Canal 2 International, n’avait jamais aussi bien porté son nom. Invitée de l’édition du dimanche 19 février 2017, Calixthe Beyala qui avait en face d'elle, Alain Tchakounté, ancien journaliste de Cameroon-Tribune et Luc Perry Wandji, Directeur de l’Information de LTM TV s’est livrée à une joute verbale houleuse avec ses intervieweurs. La pression a été si forte qu’elle a dû quitter le plateau avant la fin du programme, précisément au moment du duel avec Luc Perry Wandji. L’écrivaine d’origine camerounaise a estimé que son interlocuteur avec lequel elle avait déjà eu des échanges pas très courtois plus tôt dans l’émission n’était pas correct avec elle.

Alors que son passage continue de susciter beaucoup de commentaires et d’indignations aussi, Calixthe Beyala a décidé de revenir à la charge ce lundi, à travers un post pour le moins sévère sur sa page Facebook. Elle se félicite notamment d’avoir soumis ses intervieweurs « à un massacre à la tronçonneuse ».

L’intégralité de sa sortie

Les brûlés de l'Arène de Canal 2 Cameroun
Mes amis, 
Me voilà acceptant gentiment d'aller faire honneur à mes frères sur un plateau de télévision au Cameroun, et ce, après moult appels de l'animateur, me suppliant de venir.
Et qu'y trouve-je ?
Des gars à vous faire croire que vous êtes dans une porcherie, pas à la télévision... Des agressions verbales pour vous accueillir... Des fausses vérités... Certains ont essayé de justifier le meurtre de Khadafi, juste pour le plaisir de contredire, faire le buzz... Des insistances stupides sur votre vie privée bien passée de mode... Un dernier type voulant jouer au savant, mais qui n'est même pas un sachant
oui, voilà ce que j'ai vécu…
Et comme face aux sauvageons, je sais être un peu plus sauvageonne, j'ai procédé à un massacre à la tronçonneuse. J'espère que les types apprendront à faire le distinguo entre une interview et une agression gratuite.

SUR LE MEME SUJET:


Auteur:
Wiliam TCHANGO
 contact@cameroon-info.net
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Username:
Register   -   Forgot password
Password:
Dans la même Rubrique