Cameroun - Reconnaissance musicale/François Misse Ngoh (artiste-musicien): «Je suis l’artiste le plus prolifique mais le plus méprisé de la musique camerounaise»

Par Claude Paul TJEG | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 22-Mar-2021 - 12h35   8365                      
6
François Misse Ngoh CIN/Archives
Le vétéran de la scène musicale camerounaise s’exprimait ainsi au micro d’Éric Christian Nya dans le cadre du programme Entrevue Mag, diffusé sur la CRTV.

Ce  n’est pas tous les jours qu’on a l’opportunité d’écouter François Misse Ngoh évoquer sa carrière musicale impressionnante qui s’étend sur plus de 30 ans. Ces dernières années, ses apparitions télévisées se font rares tout comme sa présence en studio. Ce repli sur soi assumé par l’artiste, cache cependant un mal être très profond. L’auteur de la chanson à succès «la vie c’est difficile», a en effet l’impression de ne pas être reconnu à sa juste valeur par le public, les autorités et les autres artistes, malgré sa discographie prolifique et éclectique. Il en veut pour preuve  le nombre peu élevé de ses distinctions honorifiques, comparativement à d’autres artistes camerounais qu’il a parfois précédés dans le domaine de la musique.

«Je suis l’artiste le plus prolifique comme vous le dites, mais peut-être aussi le plus méprisé. Il y a beaucoup de choses qui font dire qu’en terme de reconnaissance au niveau de ma carrière, j’ai eu moins de reconnaissance. Vous savez il y a des gens qui sont arrivés après moi qui sont officiers, qui ont eu des tas de distinctions. Moi François Misse Ngoh qui a commencé la musique en 70, qui a plus de 40 albums, je suis Chevalier de l’Ordre et de la Valeur. Je trouve que c’est injuste. Il y en a qui ont 10 fois plus que ça. Moi je me dis quand même que je suis l’un des artistes les plus méprisés», a-t-il affirmé au micro d’Éric Christian Nya dans le cadre du programme Entrevue Mag, diffusé sur la CRTV le samedi 20 mars 2021.

François Misse Ngoh croit savoir que cela est dû à la jalousie que nourrissent certains de ses homologues contre sa personne.

«Des gens ne sont pas très contents de ce que Dieu m’a donné comme talent. De moins en moins on parle de moi, alors que j’ai le meilleur répertoire de ce pays. Que ce soit dans les domaines des compositions: je chante en anglais, je chante en français, je chante en duala, je chante en bamiléke. Tout ça j’ai fait ça dans l’excellence. Mais je me dis toujours que chaque fois qu’il y a quelque chose qui concerne les artistes, je suis exclu. C’est la raison pour laquelle je dis qu’on ne reconnait pas du tout le travail que j’ai eu à faire», a-t-il  déclaré.

 

                                                                                            

Auteur:
Claude Paul TJEG
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique