Cameroun – Lettre ouverte/Calixthe Beyala à Emmanuel Macron: «Que venez-vous faire au Cameroun en ces temps troubles de notre histoire ?»

Par Mathieu TCHITCHOUA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 17-Jul-2022 - 06h55   6999                      
8
Calixthe Beyala Archives
Transition politique, défense des intérêts français au Cameroun, passif historique de la France au Cameroun, la célèbre écrivaine subodore sur les sujets susceptibles de constituer l’agenda du président français annoncé en visite au Cameroun le 26 juillet 2022.

Jusqu’à présent sur le site de l’Elysée, la visite officielle d’Emmanuel Macron au Cameroun n’est pas encore confirmée, après l’annonce de cette nouvelle par le journal panafricain Jeune Afrique. Elle n’est pas non plus démentie. Même si l’expectative demeure, le journal Ouest France pour sa part semble déjà connaitre les visages de la délégation présidentielle. Il s’agit de : Catherine Colonna, ministre des Affaires européennes et étrangères, Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée, Franck Paris, conseiller Afrique du président de la République et Christophe Bigot, directeur Afrique du ministère des Affaires européennes et étrangères.

Cette visite du président français n’est pas favorablement accueillie par l’élite intellectuelle camerounaise, dont la célèbre écrivaine Calixthe Beyala. Dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron, publiée sur son compte Facebook dans la soirée du samedi 16 juillet 2022, elle subodore, sur fond de questionnements empreints d’amertume, sur les sujets qui pourraient constituer l’essentiel de l’agenda du président français au Cameroun.

« Vous venez défendre les intérêts de la France et c’est bien, très bien. Mais allez-vous demander pardon au peuple camerounais martyrisé ? Venez-vous pressé par le désir de reconnaître les crimes de la France et présenter des excuses à ce peuple meurtri ? Venez-vous établir des relations de respect mutuel ? Venez-vous pour adouber un homme pour la transition au Cameroun, cette transition dont on parle et qui n’est pas si lointaine ? », lance-t-elle.

La romancière est d’ailleurs très convaincue que c’est davantage pour la question successorale à la tête de l’Etat que Macron s’amène au Cameroun, sans doute pour créditer l’hypothèse de la succession par filiation tant évoquée au sein de l’opinion camerounaise ces derniers temps, et qui apparait comme une tradition en Afrique centrale. « Sachez donc Monsieur le Président que le Cameroun n’est pas la Côte d’Ivoire ! Que le Cameroun n’est pas le Tchad ! Que le Cameroun n’est pas le Gabon ! », prévient Calixthe Beyala.

 

Lettre ouverte de Calixte Beyala à Emmanuel Macron :

 

A Monsieur le Président Emmanuel Macron

Cher président, je suis heureuse que vous veniez dans mon pays d’origine : le Cameroun

Je connais votre fougue, votre intelligence et cette impertinence qui vous fait croire que vous n’êtes pas débiteur de l’histoire, qu'on se doit de tourner la page,, ou du moins, que vous n’êtes pas responsable des crimes français commis en Afrique, car vous êtes né bien après ces affreux événements

Pour nous, cette histoire est prégnante ! Elle habite nos cœurs blessés et nos âmes meurtries ! Elle habite chaque cellule de nos corps et peuple chacune de nos respirations. Elle se décline en de centaines de milliers de camerounais morts : Elle a le visage de Um Nyobe ou de Wandjie, d’Affana et d’illustres anonymes morts parce qu’ils voulaient présider à leur destinée ! Le souvenir de Khadaffi nous hante et ces bombes jetées aveuglement, tuant des centaines de milliers d’innocents !

Vous venez défendre les intérêts de la France et c’est bien, très bien. Mais allez-vous demander pardon au peuple camerounais martyrisé ? Venez-vous pressé par le désir de reconnaître les crimes de la France et présenter des excuses à ce peuple meurtri ? Venez-vous établir des relations de respect mutuel ? Venez-vous pour adouber un homme pour la transition au Cameroun, cette transition dont on parle et qui n’est pas si lointaine ?

Sachez donc Monsieur le Président que le Cameroun n’est pas la Côte d’Ivoire ! Que le Cameroun n’est pas le Tchad ! Que le Cameroun n’est pas le Gabon !

Que venez-vous donc faire par ici en ces temps troubles de notre histoire ? Garantir à certains l’accession à la magistrature suprême en contrepartie de nos richesses ? Venez-vous tout simplement nous dire combien vous nous aimez ? J’aime mieux cette dernière hypothèse !

Mais je ne suis pas naïve ! Je sais déjà que vous apporterez dans vos bagages les françafricains patentés, les Achille Mbembé et bien d’autres pour vous faciliter la tâche, comme ils ont tenté de le faire lors du simulacre de Montpellier. Votre chemin sera balisé, le cœur du Cameroun en porte déjà la lourdeur !

Pour l’ensemble des camerounais vous êtes le mal venu ! Ils savent que vous ne leur voulez aucun bien, pourquoi, selon vous ?

Je vous souhaite un agréable séjour sur ma terre d’origine en espérant qu’un jour la paix réelle existera d’avec ma terre d’adoption, la France.

Bon séjour !

Calixthe Beyala

Auteur:
Mathieu TCHITCHOUA
 @T_B_D
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique