Cameroun – Scandales financiers Covid-19 et CAN2021/Valère Bessala (homme politique): « L’argent de la CAN est là. Il n’est pas sorti du pays depuis. Il est dans les maisons, dans les coffres forts, les services du Trésor, partout »

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 14-Jul-2022 - 00h09   5042                      
0
Valère Bessala capture d'écran
A la faveur d’un débat sur Equinoxe Télévision mercredi soir, l’administrateur civil et guide du parti Jouvence a décrit ce qu’il considère comme le mécanisme de la corruption dans els récents scandales financiers enregistrés au Cameroun.

Valère Bessala, le volubile administrateur civil leader du parti politique Jouvence ne s’est pas privé ce mercredi sur Equinoxe Télévision. Il a remis lors du débat du programme Equinoxe Soir  intitulé : «  Glencore, Covid, CAN… Scandales financiers et silence de la nation ». Evoquant l’argent au cœur des polémiques, l’homme politique s’est interrogé en ces termes :   « Où est cet argent ? Où le cachent-ils ? Que font-ils avec cet argent ? Qu’envisagent-ils faire avec cet argent ?  Cet argent a pour objectif de sortir ou alors il est à l’extérieur et il va revenir ? ».  

Il dira ensuite que depuis 20 ans,  le président Paul Biya a pris des mesures pour que l’argent ne sorte pas du pays, en créant par exemple l’ANIF (Agence d’Investigations Financières) et jugera  la CONAC (Commission Nationale Anti-corruption) « trop docile » et faisant ami-ami avec les corrompus.

Valère Bertrand Bessala a ensuite décrit le sort de l’argent gagné dans les circuits de la corruption. « Les plus sereins et les plus malins enterrent l’argent à la maison. C’est-à-dire qu’on ouvre la tombe de l’aieul, on met la climatisation et on met les billets. On peut aussi les réchauffer de temps en temps quand ils sont gelés. Là ce n’est pas un problème. Mais ceux qui sont les plus dangereux, ce sont ceux qui, quand ils prennent les 10% par exemple d’un projet, ils appellent d’office au quartier pour  aller dans une quincaillerie acheter du ciment et du sable pour élever un immeuble », croit savoir le guide du parti Jouvence.  

Il décrit un mécanisme de la corruption mis en place avec le concours d’individus renfloués par des détourneurs de fonds qui lorsqu’ils sont pris suscitent la réaction de leurs complices qui eux font barrage. Bessala y va de sa grosse accusation.   

« Récemment ils ont transformé une entreprise de téléphonie mobile en établissement  de paiement. Parce que le Transval ne rassure plus. L’Etat ou du moins les réseaux qui sont derrière leurs réseaux savent désormais qui tient leur argent et comment leur argent circule. Cela fait qu’on peut délester le Transval (une entreprise de transport et de convoi de fonds) de tous nos biens puisqu’ils concentrent nos milliards, on les met dans les établissements de crédit ». L’homme politique explique que les délinquants économiques ont trouvé un moyen sûr de faire sortir l’argent de la CAN 2021 et du Covid-19 volés. Le pactole concerné se trouverait en grade partie au Cameroun.

« Par exemple comme cette entreprise de téléphonie mobile qui va recycler notre argent et le blanchir pour des placements à l’extérieur. On pourra faire sortir l’argent plus facilement. C’est comme cela que l’industrie de la corruption marche. C’est donc pour vous dire que l’argent de la CAN est là. Il n’est pas sorti du pays depuis. Il est dans les maisons, dans les coffres forts, les trésors, partout. L’argent du Covid-19 est toujours là et pour que cet argent sorte, on a transformé  une entreprise de téléphonie en établissement de paiement. C’est elle qui va recevoir cet argent et le blanchir », soutient Valère Bessala.            

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique