Cameroun: Sosthène Médard Lipot, membre fondateur du MRC, démissionne du parti que préside Maurice Kamto

Par Adeline ATANGANA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 16-May-2023 - 13h20   11606                      
18
Sosthène Médard Lipot et Maurice Kamto Sosthène Médard Lipot
Le désormais ex conseiller spécial du président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), explique qu’il a décidé de quitter la barque de la principale formation d’opposition parce que « des extrémistes ont pris le parti en otage ».

Ce mardi 16 mai 2023, le militant de la première heure, depuis la création du MRC en 2012, a annoncé sa démission dans un post sur les réseaux sociaux.

«Je vous informe de ma décision de démissionner du MRC, et de mes fonctions de Conseiller spécial de Maurice Kamto. Elle prend effet à partir du mardi 16/05/23 à 00:00. Mon engagement était pour un "changement d'avenir dans la paix". Des extrémistes ont pris le parti en otage ».

Cet épilogue est l’aboutissement des querelles intestines déclenchées au lendemain de l’élection présidentielle de 2018. Alors Secrétaire national chargé de la communication, le journaliste principal de formation, accusait son camarade de parti, Olivier Bibou Nissack, porte-parole du candidat Maurice Kamto pendant la campagne électorale de la dernière Présidentielle, de vouloir prendre sa place. Finalement, le président du MRC avait sifflé la fin en destituant Sosthène Médard Lipot au profit d’Olivier Bibou Nissack.

Après avoir ruminé sa colère pendant environ trois ans, Sosthène Médard Lipot, battu aux récentes élections du bureau régional MRC Centre 1, a annoncé la couleur de sa démission en envoyant des piques contre ses propres camarades.

Morceaux choisis :

«Les citoyens démocrates des 10 régions observent stupéfaits, la fatwa d'extrémistes du même moule, en transe, injuriant et calomniant quiconque démontre que les choses vont de mal en pis ! Imaginez ce type de quidams aux affaires : l'opposition et les partis politiques seraient interdits, le multipartisme banni et des prisonniers d'opinion se comptant par millions. Il y a péril en la demeure.»

«Il est essentiel de combattre l’intolérance, les stéréotypes négatifs, la stigmatisation, la discrimination, l’incitation à la violence et la violence visant certaines personnes en raison de leurs convictions ou de leurs combats contre la pensée unique. »

«C'est donc la dictature démocratique au sein du MRC ? Shameful !!! Si votre conscience est déséquilibrée, allez-y donc à ce meeting (meeting du MRC du 06 mai 2023 à Yaoundé, ndlr) qui célèbre la fraude électorale...  Les valeurs du MRC ont été gravement et piteusement bafouées. Singer le Rdpc en matière de fraudes massives, c'est aussi prétendre faire le corrigé du fraudeur en chef… »

Ces attaques ont fait sortir de leurs gonds certains militants du MRC.

« Nous avons beaucoup de respect pour toi, nous avons fait une élection interne si tu as émis des réserves, ce qui est d'abord de ton droit, tu sais ou les faire que de venir ici le faire. Je te conseille de ne pas ramer à contre-courant, de vous abstenir vis-à-vis de tout mon cher AP (docteur en communication) » a réagi Hugues Tchabo.

« Si vous n'êtes plus de la partie, ça ne sert à rien de mettre le feu au navire. Les gens que je vois sur toutes ces photos ne sont pas une illusion. Restez cohérent est une marque de grand homme » pense Dja Dicsson.

« NOUS NE SOMMES PAS AU BOUT DE NOS SURPRISES. Un Conseiller Spécial devenu fossoyeur de son propre parti : c'est le triste constat que je fais depuis quelque temps, et l'apparition au grand jour de l'autre personnalité du Dr LIPOT, jusqu'alors ignorée. Il va donc falloir désormais s'habituer à ses sorties aussi délirantes qu'attristantes, et ce d'autant plus que M. LIPOT fait partie de ces cadres que j'admirais à mon arrivée au MRC, et que j'ai été heureuse de retrouver au sein de notre grande famille politique, le connaissant comme journaliste à la base, j'étais encore au Cameroun. D'ailleurs, il fait partie de ceux qui, avec le Président National, ont toujours eu un mot d'encouragement à mon endroit sur mon modeste travail au sein du Directoire National. Je suis d'autant plus attristée qu'à travers ses publications qui laissent désormais libre cours à sa profonde rancœur, il n'hésite même plus à s'en prendre directement au Président National de notre parti, avec des mots difficilement digérables pour nous autres, militants et sympathisants du MRC qui aimons notre Président et qui savons les efforts et les sacrifices qu'il fait pour maintenir la flamme de la Résistance pacifique vivante. Critiquer c'est bien, tout le monde peut le faire. Mais critiquer sans rien proposer ne sert à rien. Le Conseiller Spécial LIPOT va t-il donc se contenter d'insulter publiquement celui qu'il désigne désormais par "ce président" sur les réseaux sociaux et y mener une bataille solitaire perdue d'avance, ou va-t-il aller créer son parti politique et le mener comme bon lui semble ? Avoir le statut de membre fondateur d'une formation politique ne vous donne pas le droit de faire ce que vous voulez ! Vous demeurez un militant, soumis aux mêmes règles disciplinaires que moi, ou que le militant arrivé hier au sein du parti. L'indiscipline avérée de M. LIPOT désormais étalée sur la place publique par lui-même lui portera grand préjudice, dans la mesure où son manque de retenue finira par lui enlever le crédit qui lui reste encore. Insulter le Président National de notre parti ne lui apportera que des ennuis. Quand on veut aller à l'assaut d'un TGV lancé à grande vitesse, il faut être sûr d'en avoir les moyens, au risque de se prendre un mur difficilement surmontable… En attendant, notre Président sillonne le pays et sera bientôt en Diaspora, pendant que le Conseiller Spécial rumine sa colère tout seul dans son coin. Les portes de la Maison restent ouvertes » assène Aïssatou Bouba Dalil, membre du Directoire national du MRC.

Auteur:
Adeline ATANGANA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique