Centrafrique : Le président Touadera annonce un référendum pour une nouvelle Constitution

Par Peter KUM | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 31-May-2023 - 08h56   7905                      
3
Le président de Centrafrique Faustin-Archange Touadéra, le 6 féavrier 2019 à Bangui AFP/Archives/FLORENT VERGNES, FLORENT VERGNES
La date du scrutin a été fixée au 30 juillet 2023 par décret.

Le président de la République Centrafricaine (RCA), Faustin Archange Touadera a annoncé mardi 30 mai 2023 qu'il soumettrait au référendum une nouvelle Constitution de son pays.

« J’ai décidé après consultation du Président de la Cour Constitutionnelle et du Président de l’Assemblée Nationale de soumettre au référendum le projet d’une nouvelle Constitution de la Centrafrique », a-t-il annoncé mardi dans son message à la nation ajoutant que la date a été fixée au 30 juillet 2023.

Il est à noter que c’est le 30 mars 2016 que la RCA a connu la promulgation de la nouvelle Constitution, à l’occasion de la cérémonie d’investiture du Président de la République, Faustin Archange Touadera.

« Dès la promulgation de cette Constitution du 30 mars 2016, certains courants politiques centrafricains ainsi qu’une majorité de nos populations l’ont trouvée insuffisante pour des motifs divers et variés, notamment en ce qu’elle ne propose pas de solutions appropriées aux causes des conflits militaro-politiques récurrents que connaît le pays ; qu’elle n’affirme pas clairement la souveraineté de l’Etat centrafricain ni l’indépendance nationale, ni le droit à l’autodétermination du peuple centrafricain ; bref, qu’elle ne reflète pas suffisamment les aspirations profondes du peuple centrafricain », a justifié le président Touadera dans son message à la nation.

M. Touadera a par ailleurs relevé qu’il est en train de se soumettre « à la volonté du peuple souverain » en annonçant ce référendum pour une nouvelle Constitution.

Il a aussi rassuré les Centrafricains que l’organisation d’un référendum constitutionnel, « ne saurait être valablement analysée comme une volonté du Président de la République d’empêcher l’alternance politique » en RCA.

« L’alternance sera toujours organisée, si la nouvelle Constitution est adoptée, à travers des élections libres, démocratiques, transparentes, ouvertes à tous les citoyens », a-t-il promis.

Auteur:
Peter KUM
 @mafanypet
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique