Cameroun - Affaire de l’interview controversée: Le journaliste Benjamin Zebaze veut porter plainte contre Jean De Dieu Momo, Charles Ndongo, Ibrahim Chérif et la CRTV

Par Pierre Arnaud NTCHAPDA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 07-Feb-2019 - 17h11   6571                      
19
Le journaliste Benjamin Zébazé Benjamin Zébazé
Le directeur de publication du journal Ouest-Littoral se propose de saisir avec ceux qui le voudront les tribunaux de Douala, Bafoussam et Paris pour faire juger ceux qu’ils considèrent comme des complices d’un funeste projet qui viserait « les Bamilékés en particulier et le Cameroun en général ».

Benjamin Zébazé troque sa plume contre le costume du justicier. Le journaliste a annoncé le jeudi 7 février 2019 son intention de trainer en justice Me Jean De Dieu Momo. Il veut lui faire ses propos acerbes contre l’ethnie Bamiléké et les allusions maladroites au génocide juif au cours de la dernière édition de l’mission de la CRTV-Télé Actualités hebdo. Le ministre délégué à la justice n’est pas le seul dans le viseur du directeur de la publication du journal Ouest-Littoral. Il y a aussi le directeur général de la CRTV Charles Ndongo, l’intervieweur et directeur central de la télévision Ibrahim Chérif, la CRTV en tant qu’organe de presse et le journaliste-promoteur de la radio RIS Sismondi Barlev Bidjocka. « J’ai décidé, comme convenu, avec des amis et suite à vos nombreux messages in box, téléphoniques… de prendre la tête d’une équipe qui va demander aux personnes sus nommés, de rendre des comptes à la justice camerounaise et française », a fait savoir Benjamin Zébazé dans une publication sur son profil Facebook.. 

« Ce que le Ministre Jean De Dieu Momo, avec la complicité de la Crtv, a dit, dépasse toutes les limites de l’inacceptable. Le message qu’il veut faire passer est simple et clair : le sort qui attend la communauté bamiléké, sera comparable à ce qu’a subit la communauté juive en Euro Un rappel aussi douloureux de l’une des périodes historiques les plus cruelles, dans le contexte actuel, ne peut pas être anodin. Que la Crtv, à travers son journaliste, laisse se déverser la bile haineuse du néo-ministre sans jamais intervenir, montre bien que quelque chose de très grave se prépare, de gravissime contre la communauté « bamiléké » en particulier, contre le Cameroun en général. Ne rien faire serait coupable. Avec quelques amis des plus sûrs, avec vous, nous n’allons pas croiser les bras et nous mettrons en échec ce plan diabolique », a-t-il expliqué.

Benjamin Zébazé veut porter plainte devant els juridictions de Douala, Bafoussam et Paris. Il fait savoir que c’est un collectif d’avocats chapeauté par Maître Barnabé Nekué, qui va suivre ce dossier. D’autres avocats exerçant à Douala et à Bafoussam devraient le seconder. « Nous avons l’honneur de compter parmi nous, un docteur en droit pénal, avocat et enseignant en France », ajoute Zébazé. Qui appelle « tout avocat résidant dans les villes de Douala, Bafoussam, Paris… qui sont outrés par les propos du Ministre Jean De Dieu Momo et les excuses sélectives du gouvernement, peut se joindre à nous, afin de compléter cette équipe solide, dont les noms complets des membres seront dévoilés en temps opportun ». Le journaliste recherche aussi à Douala, Bafoussam et Paris, « au moins 10 Camerounais qui ont regardé cette émission, et qui estiment qu’elle leur fait grief ».

Une adresse électronique ([email protected]) a été créée pour les besoins de la cause. Ainsi qu’un compte pour le transfert par voie électronique des contributions financières. « Toutes les contributions sont le bienvenues. Mais si vous voulez que jamais plus, un Camerounais n’ose s’attaquer de la sorte à une communauté, quelle qu’elle soit, rejoignez-nous, pour frapper fort et montrer que nous sommes un peuple debout », exhorte Benjamin Zébazé.

Auteur:
Pierre Arnaud NTCHAPDA
 @t_b_d
  • E-mail 0
  • Google+
  • Tweet
  • Partagez
Dans la même Rubrique