Cameroun – Alternance politique : Le ministre Jacques Fame Ndongo contre-attaque Tibor Nagy sur son appel aux « grands changements à Yaoundé »

Par Yannick A. KENNE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 14-Aug-2021 - 05h21   14901                      
20
Jacques Fame Ndongo archives
Sous sa casquette de Secrétaire national à la Communication du Comité central du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais, le ministre de l’Enseignement Supérieur a réagi aux propos tenus par l’ex Sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires africaines, au plus fort de l’affaire Rebecca Enonchong.

 Bien que n’étant plus aux affaires, lorsque l’ex Sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires africaines Tibor Nagy tousse, Yaoundé s’enrhume. Le diplomate américain a, dans un ton très iconoclaste, vertement tancé le régime camerounais à la suite de l’arrestation cette semaine de la Tech entrepreneure Rebecca Enonchong. Il s’en est offusqué, et en a profité au passage pour réitérer ses appels au changement de régime au Cameroun, psalmodiés du temps où il était encore aux affaires.

Il a clairement déclaré dans la nuit du jeudi 12 août 2021 : « Le gouvernement camerounais n’a-t-il pas honte ? Même Poutine fait preuve de plus de finesse en emprisonnant des gens pour leur politique. L’heure est aux grands changements  à Yaoundé ». Cette sortie a la particularité d’avoir choqué plus d’un au sein du parti au pouvoir, le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC). Et son porte-parole, Jacques Fame Ndongo, l’a exprimé dans une réaction rendue publique dans la soirée du vendredi 13 aout 2021.

Le ministre de l’Enseignement Supérieur n’a pas cautionné que le diplomate américain compare le Cameroun à la Russie de Vladimir Poutine, considéré par Tibor Nagy comme une dictature. Fame Ndongo, dans sa verve protubérante qu’on lui connait, s’est lancé dans la définition des paradigmes pour démontrer à l’Américain que son pays est bel et bien une démocratie, en indiquant par exemple que « le Cameroun a plus de 300 Partis politiques qui fonctionnent normalement, une Assemblée Nationale, un Sénat, des Conseils régionaux et des Conseils municipaux dont les membres sont élus à l’aune des canons universels de la démocratie », a développé le ministre.

Il s’est montré plus sensible encore à l’appel au changement de régime lancé par Tibor Nagy, arguant que le Cameroun a changé depuis le 6 novembre 1982 date d’accession de son « créateur » Paul Biya au pouvoir, et ce dans tous les domaines. « Le Cameroun a plus de 300 Partis politiques qui fonctionnent normalement, une Assemblée Nationale, un Sénat, des Conseils régionaux et des Conseils municipaux dont les membres sont élus à l’aune des canons universels de la démocratie », ajoute-t-il.

Autant dire que cette sortie de Tibor Nagy a heurté les sensibilités dans le sérail, et que ses positions, quoiqu’il ne soit plus aux affaires continuent de déranger Yaoundé.

Déclaration de Jacques Famé Ndongo (c) CIN
Auteur:
Yannick A. KENNE
 @yanickken39
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique