Cameroun - Appel au boycott/Paul Éric Kingue (ancien directeur de campagne de Maurice Kamto): «C’est avec le MRC que je découvre pour la première fois, que la politique au Cameroun, est un vaste champ de mensonges, qu’on essaye d’entretenir au quotidien»

Par Béatrice KAZE | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 14-Feb-2020 - 12h09   26225                      
89
Paul Eric Kingue Capture d'ecran
Dans une interview accordée au quotidien Le Messager, édition du vendredi 14 février 2020, le président du Mouvement Patriotique pour un Cameroun Nouveau, se prononce sur les performances de son parti aux élections du 9 février 2020, ainsi que sur l’appel au boycott de ces scrutins, lancé par son ancien allié.

Paul Éric Kingue est un homme heureux. La raison, son parti, le Mouvement Patriotique pour un Cameroun Nouveau (MPCN) a remporté les élections municipales à Njombé-Penja et à Dibombari, dans la région du Littoral avec une majorité relative. «Le MPCN n’en demande pas plus que ça», soutient-il dans les colonnes du journal.

En attendant la proclamation des résultats des élections législatives, l’ancien maire de Njombé-Penja salue l’émergence de nouveaux partis politiques à l’issue  de ce double scrutin. «Ces nouveaux partis me semblent porter l’espoir d’une certaine jeunesse qui, jusqu’ici est complètement déprimée. Mon avis est qu’un autre Cameroun est en train de s’écrire», pense-t-il.

Peu avant la tenue des élections locales du 9 février 2020, quelques partis de l’opposition (MRC, CPP) avaient appelé au boycott du double scrutin.

Selon Paul Éric Kingue, «les gens sont libres de l’avoir boycotté. C’est leur droit. Là où je trouve que ce n’est pas leur droit, c’est quand ils se mobilisent pour que des citoyens n’aillent pas voter. Si je dis que je ne veux pas d’une fille, je ne la regarde même pas. Vous dites que vous ne voulez pas d’une fille et vous vous mettez à la fixer du regard chaque fois qu’elle passe. J’ai été déçu par cette façon de faire des partisans du boycott».

Il en profite pour lancer des piques à son ancien allié, Maurice Kamto, qu’il accuse d’incohérence. «Vous ne pouvez pas être partisan du boycott pour des élections au motif que le RDPC a déjà tout gagné et qu’obtenir quelques sièges de députés ou de conseillers municipaux, objectivement, cela ne changera rien. Dans le même temps, vous avez un seul député à l’Assemblée Nationale que vous n’avez pas fait démissionner. Il faut être cohérent avec soi-même. Si vous dites qu’aller aux urnes n’apportera rien de nouveau, commencez par faire démissionner votre singleton député. Vous voyez, c’est avec le MRC que je découvre pour la première fois, que la politique au Cameroun, est un vaste champ de mensonges, qu’on essaye d’entretenir au quotidien», lance-t-il.

Au sujet de la tournée politique du leader du MRC en occident et en Amérique, PEK affirme que «Kamto a beau se pavaner en Europe, Amérique en rock star, mais, ça ne résout aucun problème du Cameroun. Pas même le problème du NOSO (Nord-Ouest et Sud-Ouest). En même temps, Kamto a brisé des carrières et des trajectoires politiques. Briser aussi des rêves. Mon ami, Célestin Djamen, en quelque huit mois de prison, a vu sa barbe devenir, toute blanche. En cinq ans, il deviendra à coup sûr imberbe», ironise-t-il.

 

 

Auteur:
Béatrice KAZE
 @T_B_A
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique