Cameroun - Climat social: Alors qu’une manifestation du MRC a été interdite à Yaoundé, un autre rassemblement du RDPC s’est déroulé à Mokolo (Extrême-Nord)

Par Fred BIHINA | Cameroon-Info.Net
YAOUNDE - 22-Jul-2021 - 11h53   9350                      
14
Manif du RDPC à Mokolo Anonyme
Cette manifestation s’est déroulée à l’initiative du ministre de la Santé Publique, Malachie Manaouda.

Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) ne pourra pas tenir sa grande manifestation du 25 juillet 2021. Elle a été interdite par le sous-préfet de Yaoundé 1er, à travers une décision signée le 21 juillet pour «risque de trouble à l’ordre public» et «risque de propagation du COVID-19».

Pourtant, ce même 21 juillet, le RDPC (Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais), le parti au pouvoir, a tenu un rassemblement similaire dans la ville de Mokolo, située dans le département du Mayo-Tsanaga, région de l’Extrême-Nord.

Initiée par le ministre de la Santé Publique, Malachie Manaouda, élite du coin, cette manifestation s’est déroulée en soutien au Président Paul Biya. Une réponse aux activistes camerounais de la diaspora qui ont, la semaine dernière, tenu un rassemblement de protestation anti Biya à Genève.

Manif du RDPC à Mokolo (c) Capture d'écran

«Personne ne peut accepter, ni même ces désordonnés qui sont là-bas (activistes de la diaspora, NDLR), qu’on puisse injurier votre papa. Comme notre papa a été attaqué, nous voulions lui dire que ‘‘M. le Président de la République, le Mayo-Tsanaga est derrière vous’’» a déclaré Vohod Deguimé, maire de Mokolo au micro de la CRTV, la chaîne publique.

Pour l’initiateur de la marche, «ces jeunes du Mayo Tsanaga sont la démonstration que le Chef de l’Etat appartient au Cameroun tout entier. Qui touche au Président Paul Biya, touche à la jeunesse du Mayo-Tsanaga», a affirmé M. Manaouda.

Face à cette situation, le MRC dénonce une politique de deux poids deux mesures. «Nous prenons acte de ce que le régime de Yaoundé n'a nullement l'intention de laisser les Camerounais, militants et sympathisants du MRC, jouir de leurs droits civiques et politiques, et prenons à témoin l'opinion nationale et internationale des violations systématiques de leur droit de manifester pacifiquement garanti par la Constitution de notre pays», fustige le parti de Maurice Kamto dans un communiqué publié ce 22 juillet.

Auteur:
Fred BIHINA
 @t_b_d
Tweet
Facebook




Dans la même Rubrique